Nous suivre Info chimie

Reach en bonne marche

Julien Cottineau

Sujets relatifs :

,

A moins de 10 jours de l'échéance, les indicateurs sont au vert. L'UIC se dit « confiante ». Et l'Echa est prête à faire face à l'afflux massif de dossiers de dernière minute. Le règlement Reach est donc sur de bons rails. Au 30 novembre, date butoir pour l'enregistrement des substances produites ou importées à plus de 1 000 tonnes par an, à plus de 100 t/an pour celles classifiées R50/R53 et à plus de 1 t/an pour celles classifiées CMR, l'Echa estime que 4 768 substances devraient être enregistrées. Au 15 novembre, 2 472 avaient déjà été enregistrées et 922 en passe de l'être selon les déclarants principaux des forums d'échanges (SIEF). Première constatation, les chiffres ont fondu. Après les pré-enregistrements en 2008, l'Echa avait d'abord estimé à 30 000 le nombre de substances à enregistrer pour la première échéance, puis ramené ce chiffre à 9 200 mi-2009, après des enquêtes des fédérations professionnelles, avant de déterminer 4 768 substances. « Cette liste n'est pas sous-estimée », affirme Sonia Benacquista, responsable Reach à l'UIC. « Depuis le mois d'avril, l'Echa met à disposition des industriels sur Internet la liste des substances. Seulement dix manquantes ont été signalées depuis ». La suite est plus floue. Le nombre d'enregistrements à prévoir pour la 2e phase, celles des substances à plus de 100 t/an avant le 31 mai 2013, pourrait être trois fois plus important. Quant à la dernière phase, pour les substances de 1 à 100 t/an avant le 31 mai 2018, c'est l'inconnu. Plus les tonnages sont faibles, plus les spécialités, les PME et les utilisateurs aval sont concernés, d'où cette impossibilité d'y voir clair.

« Cette première phase est la moins ardue »

Avec les coûts d'enregistrements, chiffrés entre 100 000 € et 2 M€ par substance, la préparation à Reach a suscité « des difficultés mais pas de tollé », note Jean Pelin, directeur général de l'UIC. Lequel reconnaît toutefois « que ça a parfois été très difficile en 2009 » même si « très peu de substances ont cessé d'être produites en France ». Autre fait marquant, l'UIC n'a recensé « aucune alerte sur des ruptures possibles au 1er décembre », preuve que les industriels étaient bien préparés. Reste que cette première phase, restreinte aux plus importantes substances, est peut-être la moins ardue des trois. 94 % des entreprises concernées en Europe étaient de taille importante. Les PME seront bien davantage sollicitées lors des deux prochains enregistrements, comme le seront les utilisateurs aval, des acteurs peut-être moins préparés. D'où l'importance de réaliser des retours d'expérience sur les difficultés et des études d'impact pour faciliter la suite, réclame l'UIC. Enfin, les « industriels ne sont pas au bout de leur peine », souligne Jean Pelin. Ils vont devoir, entre autres, faire face aux évaluations des dossiers ou encore mettre à jour les fiches de données de sécurité. Sans compter les autres échéances réglementaires comme le CLP. L'UIC pointe aussi les directives européennes sur les biocides et sur la restriction de substances dangereuses dans les équipements électroniques (RoHS), qui créent des « incohérences » avec Reach. « Reach doit être le règlement de base pour toutes les substances chimiques », martèle Jean Pelin. D'ici à 2012, lors de la révision programmée de Reach par le Parlement européen, l'UIC compte ainsi faire rectifier l'ensemble des incohérences relevées. En attendant, l'industrie chimique française et européenne espère aussi que ces efforts inspireront à l'extérieur de l'UE. À défaut d'enregistrer leurs substances, l'Amérique du Nord et surtout l'Asie devraient déjà enregistrer le message.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Chimie

Nous vous recommandons

[Édito] : Chimie, la mal-aimée de l’Europe

[Édito] : Chimie, la mal-aimée de l’Europe

L’initiative n’est pas si courante pour qu’elle mérite d’être soulignée. France Chimie, l’organisation professionnelle qui représente les entreprises de la chimie en France, et son[…]

[Édito] : Pari digital réussi pour le 18e Village de la Chimie

[Édito] : Pari digital réussi pour le 18e Village de la Chimie

[Édito] : Grandes manoeuvres dans la chimie/pharma

[Édito] : Grandes manoeuvres dans la chimie/pharma

[Édito] : Le club fermé des chimistes producteurs de biotech

[Édito] : Le club fermé des chimistes producteurs de biotech

Plus d'articles