Nous suivre Info chimie

Reach: Restrictions en vue pour les encres pour tatouages

J.C.

Sujets relatifs :

, ,

Un an après avoir été mandatée par l'UE pour savoir s'il était nécessaire de réglementer les encres pour tatouages (CPH n°771), l'Agence européenne des produits chimiques (Echa) a pris une première position dans ce sens. Elle a publié, le 25 octobre, une série de propositions de restrictions pour réduire les risques liés aux substances potentiellement dangereuses utilisées dans les encres pour tatouages et le maquillage permanent. Ces propositions ont été préparées avec le concours des autorités compétentes au Danemark, en Italie et en Norvège, en lien également avec les autorités allemandes. Le copieux rapport envisage de limiter les usages ou les dosages de près de 4 000 substances utilisées dans ces domaines. Sont concernées des substances déjà interdites dans les cosmétiques mais aussi d'autres substances considérées comme cancérigènes ou irritantes pour la peau. L'Echa précise que seulement une petite partie de ces substances concernées sont présentes dans les encres pour tatouages mais que l'objectif est de restreindre l'utilisation potentielle et future d'autres substances. Par ailleurs, la plupart des substances concernées sont incluses dans les recommandations du Conseil de l'Europe sur les encres pour tatouages. Recommandations sur lesquelles sept États membres ont déjà basé et constitué des législations nationales. C'est le cas de la France notamment, comme l'Allemagne, la Belgique, les Pays-Bas, l'Espagne, la Slovénie et la Suède.

L'objectif d'une réglementation européenne restrictive n'est pas de limiter le secteur du tatouage ni de l'interdire, mais de réduire les risques sanitaires pour les personnes tatouées. Au sein de l'UE, il est estimé que 12 % des citoyens sont tatoués, avec une prévalence pour les plus jeunes générations, essentiellement la tranche d'âge 18-35 ans. L'Echa estime même que la proportion de personnes tatouées pourrait doubler dans les prochaines années.

L'Echa lancera mi-décembre une consultation publique d'une durée de six mois sur la base de ce rapport initial délivrant de multiples propositions. Toutes les parties prenantes et le grand public seront invités à participer. Les comités de l'Echa de gestion du risque (RAC) et d'analyse socio-économique (SEAC) rendront leurs opinions fin 2018 sur les bases de la consultation. À la suite de quoi, la Commission européenne sera alors chargée de préparer une proposition pour statuer.

 

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Chimie

Nous vous recommandons

Total et Sanofi parmi les 25 entreprises les plus attractives de France

Total et Sanofi parmi les 25 entreprises les plus attractives de France

Pour la quatrième année consécutive, le réseau social professionnel LinkedIn a publié son classement des 25 entreprises françaises les plus attractives. Total et Sanofi y figurent respectivement à[…]

08/04/2019 | ConjoncturePanorama
L’Echa et le Cefic cherchent des solutions face aux non conformités des dossiers Reach

L’Echa et le Cefic cherchent des solutions face aux non conformités des dossiers Reach

Henkel déploie un programme de digitalisation à destination de ses 53000 employés

Henkel déploie un programme de digitalisation à destination de ses 53000 employés

L'Echa maintient son guichet ouvert

L'Echa maintient son guichet ouvert

Plus d'articles