Nous suivre Info chimie

Refus catégorique de Ségolène Royal dans les gaz de schiste

J.C., avec AFP

Sujets relatifs :

, ,

« Les gaz de schiste ne sont plus d'actualité ». Ségolène Royal s'est montrée plutôt catégorique sur Twitter.

La ministre de l'Écologie, du Développement durable et de l'Énergie répondait ainsi à un article du Figaro relatant l'existence d'un rapport qui aurait été « enterré » par le gouvernement sur les gaz de schiste. Le rapport avait été commandé par le prédécesseur de Ségolène Royal, Arnaud Montebourg, dès 2012. Selon Le Figaro, le rapport détaille une technique alternative à celle de la fracturation hydraulique, interdite en France depuis 2011, et basée sur l'utilisation de fluoropropane pour fracturer la roche. Ce qui éviterait le recours à de l'eau et des produits chimiques. Citée par l'AFP, Ségolène Royal considère que cette technologie « n'est pas mature et sans retour d'expérience », qu'elle serait plus coûteuse, et que le fluoropropane aurait un potentiel d'effet de serre 3 000 fois supérieur au CO2.

Selon Le Figaro, le rapport « enterré » estimerait qu'une industrie des gaz de schiste en France pourrait représenter une « manne de 100 milliards d'euros », et qu'elle permettrait de créer de 120 000 à 225 000 emplois dans le pays. Le rapport préconiserait en outre une phase d'expérimentation, via des micro-forages en Île-de-France et dans le Sud-Est.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Chimie

Nous vous recommandons

Lancement du quatrième Plan national Santé-Environnement

Lancement du quatrième Plan national Santé-Environnement

Le 7 mai 2021, Barbara Pompili, ministre de la Transition écologique, et Olivier Véran, ministre des Solidarités et de la Santé ont officiellement lancé le quatrième Plan national[…]

Green Deal : Epoxy Europe rejoint le Cefic

Green Deal : Epoxy Europe rejoint le Cefic

Solvay conclut un accord pour l'achat de certificats d'énergie renouvelable

Solvay conclut un accord pour l'achat de certificats d'énergie renouvelable

Perturbateurs endocriniens : L’Anses veut accélérer les évaluations

Perturbateurs endocriniens : L’Anses veut accélérer les évaluations

Plus d'articles