Nous suivre Info chimie

Restructuration/EMC cherche à vendre Tessenderlo et prépare sa sortie

Sujets relatifs :


EMC poursuit sa cure d'amaigrissement et cherche dorénavant à vendre sa participation dans le chimiste belge Tessenderlo. EMC, principal actionnaire de Tessenderlo, détient encore 40,45 % du chimiste belge après avoir déjà cédé une part de 15 % en 1996. Cette annonce intervient alors que l'arrêt prématuré des Mines de potasse d'Alsace (MDPA) est quasiment assuré depuis l'incendie survenue dans une galerie de Stocamine, attenante à celle des MDPA. Par ailleurs, le groupe a cédé en début d'été sa participation de 43 % dans Tredi (traitement des déchets) à Séché Environnement. EMC, qui affiche des capitaux propres négatifs de 434 millions d'euros et des dettes financières de 1,98 Mrd ? à fin 2001, a mandaté deux banques conseil, le belge Petercam et le français Clinvest (Crédit Lyonnais), pour l'aider à se désengager de Tessenderlo avant fin 2004. La participation d'EMC dans le groupe belge vaut actuellement 344 M? en Bourse, soit 46,5 % de moins qu'au plus haut de la valeur, fin 1999. Mais l'éventualité d'une cession en Bourse paraît la moins probable, étant donné la conjoncture du marché. Après la cession de ses participations dans Tredi et celle prévue dans Tessenderlo ainsi que l'arrêt des MDPA, EMC aura perdu plus de la moitié de ses activités. Son portefeuille sera alors réduit à SCPA (production et négoce d'engrais et de produits pour l'alimentation animale), à une participation de 24 % dans Glon-Sanders (alimentation animale) et de 11,3 % dans la nouvelle entité Séché Environnement. Ces participations minoritaires ainsi que la SCPA sont également sur la sellette et le groupe compte trouver des acquéreurs ou des structures d'accueil, probablement d'ici à la fin 2004. Le groupe public EMC deviendra alors une coquille vide. Tessenderlo a enregistré une hausse de 8,6 % de son bénéfice net sur les neuf premiers mois de l'année et un chiffre d'affaires en augmentation de 4 %. En 2001, le groupe belge qui compte cinq divisions a réalisé un chiffre d'affaires de 1 890 M? (+3,9 %) et un bénéfice net de 65 M? (-22 %). La principale division du groupe est spécialisée dans les produits inorganiques, essentiellement dans le chlore, ses coproduits et ses dérivés. Elle a réalisé l'an dernier un chiffre d'affaires de 636 M? (+8 %) et un bénéfice d'exploitation de 82 M? (+91 %). Tessenderlo a une capacité de chlore de 310 000 t/an et une capacité équivalente dans les coproduits (250 000 t/an de soude caustique et 100 000 t/an de potasse caustique). Le principal site pour cette production est Tessenderlo en Belgique (250 000 t/an) où une augmentation de la production de chlore (100 000 t/an) et de potasse caustique (50 000 t/an) est prévue. Le groupe belge est un des leaders européens dans la production de potasse caustique destinée en interne à la production de carbonate de potassium, et commercialisée sur les marchés de la détergence, des engrais, des batteries alcalines... La soude caustique est utilisée pour l'alumine, dans l'industrie du papier, du traitement des eaux, des détergents... Le chlore est utilisé en grande partie en interne pour la fabrication de chlorure de vinyle monomère (VCM) et ensuite de polychlorure de vinyle (PVC) ainsi que pour la chloration du toluène et du benzène. Tessenderlo produit d'autres dérivés de la chaîne chlore-alkali : hypochlorite de sodium, sulfure de sodium et hyposulfure de sodium, acide chlorhydrique, chlorure de fer, chlorure d'aluminium, chlorure de zinc, chlorure ferrique, sulfate de sodium, sulfate de potassium... Le groupe est notamment deuxième producteur mondial de sulfate de potassium, utilisé dans les engrais. Tessenderlo est aussi le premier producteur mondial d'acide chlorhydrique (coproduit de la fabrication de sulfates) dont il utilise une partie en interne pour la production de phosphates. C'est ainsi que le groupe belge occupe la deuxième place mondiale dans les phosphates pour l'alimentation animale (capacité de 1 Mt/an à Tessenderlo et Vilvoorde en Belgique, Rotterdam aux Pays-Bas, Cologna-Veneta en Italie). La division "chimie inorganique" du groupe fabrique aussi des zéolites et se place comme premier producteur mondial de thiosulfate de sodium (engrais de spécialité). Deuxième division importante du groupe, le PVC, où le groupe se situe à la sixième place européenne. La division PVC de Tessenderlo a réalisé l'an dernier un chiffre d'affaires de 230 M? (-24 %) et enregistré une perte de 24 M?. Elle dispose d'une capacité de 550 000 t/an de VCM à Tessenderlo et d'une capacité identique de PVC (250 000 t/an à Beek aux Pays-Bas et 250 000 t/an à Mazingarbe en France). Le groupe produit également des compounds de PVC, notamment au travers de ses filiales françaises Cousin Tessier et Plastival. La division du groupe spécialisée dans la transformation du plastique (notamment les profilés en PVC et les pipelines) a réalisé l'an dernier un chiffre d'affaires de 562 M? (+9 %) et un bénéfice d'exploitation de 82 M? (+30 %). Quatrième secteur du groupe, celui des produits organiques, est essentiellement impliqué dans la production de gélatine. Cette division a réalisé l'an dernier un chiffre d'affaires de 249 M? (+4 %) et un bénéfice d'exploitation de 58 M? (+21 %). PB Gelatins, filiale de Tessenderlo, est le troisième producteur mondial de gélatines avec une capacité de 22 000 t/an, répartie entre trois unités européennes : Vilvoorde, Nienburg (Allemagne) et Trefforest (Grande-Bretagne). La division comprend également le français Caillaud spécialisé dans la collecte et la destruction de déchets animaux. Dernière division du groupe, la chimie fine, est également la plus récente. Tessenderlo a commencé à se diversifier dans ce domaine au cours des années 70. Cette division a réalisé l'an dernier un chiffre d'affaires de 213 M? (+21 %) et un bénéfice d'exploitation de 32 M? (+19 %). Elle produit notamment des dérivés du chlorotoluène avec une capacité de plus de 80 000 t/an de chlorure de benzyle et de dérivés (benzaldéhyde, alcool benzylique...). Ces produits sont destinés aux industries de la pharmacie, de l'agrochimie, de la photographie, de la chimie fine et des plastiques. Tessenderlo s'est nettement renforcé dans ce domaine en 2001 avec la reprise de l'activité chlorotoluène d'Atofina. Cette division est également le premier producteur européen de glycine (capacité de 6 000 t/an), un acide aminé utilisé dans l'alimentation comme antioxydant, conservateur mais également pour son effet édulcorant et aromatique. La division chimie fine du groupe exploite par ailleurs deux sites à Treviglio (Italie) et Calais (France) pour la production d'intermédiaires pharmaceutiques.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Chimie

Nous vous recommandons

Indorama, leader mondial du PET

Indorama, leader mondial du PET

Quelques 420 millions de dollars, c'est le montant que va verser le Thaïlandais Indorama Ventures pour l'acquisition de deux unités de production de polyéthylène téréphtalate et des résines PET associées auprès d'Invista. L'une est située à[…]

01/12/2010 | Pétrochimie
Reliance dévoile ses projets en pétrochimie

Reliance dévoile ses projets en pétrochimie

Investissement de 9 à 10 Mrds € à Ludwigshafen

Investissement de 9 à 10 Mrds € à Ludwigshafen

Naissance du numéro 1 mondial des styréniques

Naissance du numéro 1 mondial des styréniques

Plus d'articles