Nous suivre Info chimie

Restructuration/Royal Dutch/Shell annonce la fermeture de quatre sièges sociaux et revoit à la baisse ses prévisions de résultats

Sujets relatifs :


Royal Ducth/Shell a annoncé le vendredi 17 septembre une restructuration "fondamentale" de son organisation et une nette révision en baisse de ses prévisions de bénéfices en conséquence de la faiblesse persistante des prix du pétrole. Afin de réduire les coûts de fonctionnement, le premier groupe pétrolier mondial a décidé de fermer les sièges sociaux de ses quatre principales filiales nationales en Europe (Allemagne, France, Pays-Bas, Royaume-Uni) pour laisser la place à une organisation resserrée et "plus proche des clients". Les conséquences en terme d'emplois n'ont pas été précisées mais le groupe a évoqué une "consultation" du personnel sur les changements à venir. Cette décision touche notamment le siège de Rueil-Malmaison ou travaillent 750 personnes (non compris 150 consultants extérieurs). Le siège de Londres et ses 2000 employés devrait être le plus touché. Le groupe emploie également 450 personnes à Rotterdam et 850 (non compris 450 consultants) à Hambourg. "Le ralentissement économique que connait l'Asie-Pacifique depuis plus d'un an semble se transmettre à d'autres régions du monde. Dans l'ensemble, nous prévoyons que l'environnement économique sera sensiblement moins bon au deuxième semestre qu'au premier," a mis en garde le président du directoire du groupe, Mark Moody-Stuart. En conséquence Royal Dutch/Shell ne prévoit pas de remontée sensible du prix du pétrole. "A moyen terme - les deux à trois prochaines années - il pourrait stagner entre 12 et 16 dollars", alors que le prix du baril de Brent (qualité de référence de la mer du Nord) a été en moyenne de de 18 dollars sur les dix dernières années, estime le groupe. Les perspectives sont également sombres dans le raffinage et la pétrochimie avec une baisse des marges en Asie-Pacifique et aux états-Unis, a souligné Royal Dutch/Shell. La chimie du groupe qui a déjà réduit de 7% ses coûts de production au cours des cinq dernières années et restructuré ses activités - avec la création d'Elenac dans le polyéthylène, d'Infineum avec Exxon dans les additifs pétroliers et la prise de contrôle total de Montell dans le PP - est cependant bien armée face à l'environnement actuel, estime le groupe. Dans ce contexte, Royal Dutch./Shell a révisé en nette baisse ses prévisions de résultat pour 1998, après un premier semestre déjà en fort recul par rapport à l'année dernière. Le 6 août dernier, Royal Dutch/Shell avait annoncé une baisse de 21,3% de son bénéfice net semestriel à 3193millions de dollars. "Nous nous situerons nettement en dessous de notre projection de mai d'un retour moyen sur capital de 12 à 12,5%", a indiqué Mark Moody-Stuart. Suite à cette annonce, le titre Shell s'est immédiatement effondré à la bourse de Londres, perdant 8,4% dans l'heure. Outre la restructuration de ses sièges sociaux, le groupe va réaménager son portefeuille (champs pétroliers et gaziers, chimie, raffinage) avec notamment la vente de certains actifs, et a confirmé la réduction de capacité de la raffinerie française de Berre. Le programme de redressement de la rentabililité des raffineries n'a pas toujours tenu ses promesses et le groupe s'est dit prêt dans ce domaine à prendre des "mesures sévères" comme celle qui concerne Berre ou la fermeture du site anglais de Shell Haven. n

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Chimie

Nous vous recommandons

Naissance du numéro 1 mondial des styréniques

Naissance du numéro 1 mondial des styréniques

En fusionnant leurs activités dans le domaine des styréniques, BASF et Ineos font émerger le nouveau numéro 1 mondial. Il évoluera sous le nom de Styrolution.On ne voit pas tous les jours émerger un « player » de plus de 5 milliards d'euros de[…]

01/12/2010 | Pétrochimie
Indorama, leader mondial du PET

Indorama, leader mondial du PET

Reliance dévoile ses projets en pétrochimie

Reliance dévoile ses projets en pétrochimie

Investissement de 9 à 10 Mrds € à Ludwigshafen

Investissement de 9 à 10 Mrds € à Ludwigshafen

Plus d'articles