Nous suivre Info chimie

Restructurations en vue chez DowDuPont

Julien Cottineau

Sujets relatifs :

, ,

Les annonces se succèdent chez DowDuPont. Depuis le 31 août dernier, le parcours pour scinder en trois entités indépendantes ce nouveau mastodonte américain de 73 milliards de dollars de ventes en 2016 n'est pas un long fleuve tranquille. Dès septembre, DowDuPont avait annoncé des ajustements en redessinant les profils des trois grands acteurs à venir (CPH n°814). En marge de la présentation des résultats trimestriels, le 2 novembre, plusieurs précisions se sont ajoutées. En premier lieu, un projet de réduction des coûts de 3 Mrds $. Lequel s'ajoute au plan de synergies de coûts de 3 Mrds $, déjà présenté par le passé, et qui se décompose désormais en 1,2 Mrd $ pour le futur Dow (Materials Science), 0,8 Mrd $ pour la partie Specialty Products, et 1 Mrd $ pour celle de l'agrochimie.
 

Le nouveau projet de restructuration n'a pas été détaillé à ce stade, mais quelques pistes ont été esquissées. Financièrement, il nécessitera des charges avant impôts de l'ordre de 2 Mrds $. 180 M$ ont déjà été intégrés aux comptes du troisième trimestre, et environ 1 Mrd $ est envisagé pour le seul quatrième trimestre 2017. La grande majorité des efforts sera concentrée sur les synergies à dégager dans les contrats d'approvisionnement, la réduction des effectifs, la consolidation d'unités et d'infrastructures, et des fermetures d'unités. Le périmètre mondial du groupe est concerné. Lors de la présentation des résultats, Edward Breen, p-dg et directeur de DowDuPont, a précisé que les fermetures d'usines déjà annoncées ces derniers mois par DuPont aux États-Unis font bien partie du projet. En 2016, l'Américain avait discrètement renoncé à redémarrer son usine d'insecticides de La Porte, au Texas, où un accident dramatique en 2014 avait entraîné la mort de quatre salariés (CPH n°756). Début 2017, le groupe avait décidé, discrètement également, la cessation des productions de Kevlar sur son site de Cooper River (Caroline du Sud) pour les transférer à Richmond (Virginie). Enfin, vient d'être annoncé le retrait de DowDuPont d'une gigantesque usine d'éthanol cellulosique à Nevada (Iowa). Un repreneur est recherché pour cet actif de DuPont qui avait nécessité des centaines de millions de dollars d'investissement et qui avait été inauguré il y a tout juste deux ans (CPH n°737). À ce sujet, Edward Breen a souligné que le groupe ne se désengagerait pas de ce domaine des biocarburants mais que ce segment ne sera en rien central. Du côté de la division Agrochimie, DowDuPont devrait engager des fermetures d'ateliers et de petites unités. Enfin, du côté du futur Dow, James Fitterling, directeur de la division Materials Science, a évoqué un examen à la loupe des actifs industriels dans le monde et la possibilité de « combiner certains actifs »...
 

« Un projet de réduction des coûts de 3 Mrds $ »


En marge des résultats a également été annoncée la finalisation de l'échange avec FMC. Dans le cadre de cette transaction de 1,6 Mrd $, DowDuPont a cédé son portefeuille d'herbicides céréales et une partie de ses insecticides tandis qu'il a récupéré les activités nutrition et santé de FMC (CPH n°797).
 

Par ailleurs, le géant américain est revenu sur le délai de 18 mois pour la bonne séparation des trois entités. Une fourchette de 18 à 24 mois semble désormais d'actualité. Edward Breen a expliqué que ce délai était sur la table auparavant mais que, dans le cadre de la finalisation de la fusion, l'enthousiasme l'avait emporté et la seule échéance de 18 mois avait été retenue. Le retour de fourchette s'explique par l'accumulation des ajustements. On en viendrait à penser que la transformation de DowDuPont est loin d'être achevée et sera sans doute plus difficile qu'envisagée...

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Chimie

Nous vous recommandons

Linde cède ses Amériques à Messer et CVC

Linde cède ses Amériques à Messer et CVC

Les grandes manœuvres de « PraLin », la gigantesque fusion entre l’Américain Praxair et l’Allemand Linde, sont sans doute en passe d’aboutir. Le 16 juillet, l’Allemand Messer et le fonds[…]

Ineos construira un vapocraqueur en Europe

Ineos construira un vapocraqueur en Europe

L'ACC inquiète d'une guerre commerciale

L'ACC inquiète d'une guerre commerciale

Monsanto se fond dans Bayer

Monsanto se fond dans Bayer

Plus d'articles