Nous suivre Info chimie

Résultats 1998/Bayer: la pharmacie tire la croissance

Sujets relatifs :

,

Après deux exercices records consécutifs, le géant de Leverkusen avait encore rendez-vous avec la croissance en 1998, même si le rythme de celle-ci s'est un peu ralenti. En effet, avec un chiffre d'affaire à peine sous la barre des 55 Mrds DM, à 54,8 Mrds DM très précisément, les ventes en valeur n'ont pas connu de progression par rapport à 1997 et même un léger recul de 121 M DM. Le résultat opérationnel, à près de 6,2 Mrds DM, progresse de 2 %. Quant au résultat net, atteignant 3,2 Mrds DM, il est en progression de 7 %, "en phase avec nos objectifs" a déclaré le président du directoire Manfred Schneider. La rentabilité nette sur chiffre d'affaires est de 5,8 % et l'accroissement du cash-flow à 6,6 Mrds DM illustre la solidité financière du groupe. Commentant ces résultats, M. Schneider précisait que "malgré la dégradation constante de l'environnement économique mondial au cours de 1998, la progression de 2% du résultat opérationnel a été rendue possible par notre présence globale et notre large diversification", soulignant ainsi la dimension internationale d'un groupe qui a de plus en plus de mal à tirer profit des activités de son marché domestique. En effet, Bayer AG a accusé un recul de 3 % de son résultat opérationnel. Mais le fait marquant de cet exercice 1998, est la bonne santé des Sciences de la vie qui permettent à Bayer de revendiquer en toute légitimité son titre de groupe chimico-pharmaceutique tant il est vrai que les performances des Sciences de la vie ont en grande partie tiré la croissance des résultats face à une chimie qui a souffert, en raison des crises asiatique, brésilienne et russe. Représentant désormais 36 % des ventes totales du groupe, les Sciences de la vie ont réalisé un chiffre d'affaires de près de 19,5 Mrds DM répartis entre la Santé (divisions Pharmacie, Consumer care, Diagnostics) qui réalise 13,7 Mrds DM de CA et l'Agriculture (divisions Santé animale, Phytosanitaire) qui réalise 5,7 Mrds DM de CA. Ces deux principaux segments composant le secteur des Sciences de la vie progressent chacun de 3 % en chiffre d'affaires. Deux branches pour lesquelles le président de Bayer s'est dit ouvert à toute acquisition stratégique affirmant que "le groupe a l'intention d'investir 10 Mrds DM en 1999 pour la croissance de l'entreprise" et ceci tous secteurs confondus. Il a cependant précisé qu'entre deux tiers et trois quarts de ces investissements seraient alloués aux sciences de la vie. Pour le moment, le président parle d'une attitude de "wait and see" dans le domaine de la pharmacie où les fusions vont bon train, faisant allusion au projet du couple Rhône-Poulenc/Hoechst dans le secteur de la santé. En ce qui concerne la Santé, si le CA progresse seulement de 3 %, le résultat opérationnel avant éléments exceptionnels est resté stable à 1798 M DM. La Pharmacie, avec un CA de 8489 M DM (+ 1 %), a bénéficié du succès du Kogenate, facteur recombinant élaboré par génie génétique pour le traitement de l'hémophilie, qui a connu une croissance de ses ventes de 30%. Le groupe doit prohainement obtenir l'autorisation de mise sur le marché aux États-Unis et en Europe de son traitement contre les infections respiratoires, Avelox, un produit à fort potentiel. De même, doit être lancé cette année Natrecor, contre les crises cardiaques. Trois médicaments faisant partie d'un pipeline qui, en 1998, s'est enrichi au total de sept produits, dont certains sont encore au stade des essais cliniques, couvrant l'ensemble des domaines thérapeutiques où Bayer évolue. Et, selon M. Schneider : "ce pipeline représente un potentiel maximal de CA de 12 Mrds DM." A noter néanmoins que la Pharmacie a beaucoup souffert des réductions de prix sur le marché japonais, deuxième marché pharmaceutique mondial. La division Consumer care réalise un CA de 3130 M DM en hausse de 2 % grâce notamment à l'Aspirine au sommet de sa forme commerciale qui, fêtant son centenaire cette année, a généré à elle seule un CA de plus de 1 Mrd DM en croissance de 4 %. Mais ce sont les produits de Diagnostic qui ont été les plus performants. A 2126 M DM, le CA a progressé de 14 % . Dopé dans les années à venir par l'acquisition en septembre dernier de l'américain Chiron Corp., le groupe prévoit de doubler son CA d'ici à 2001, pour atteindre 4,4 Mrds DM. Avec un accroissement du résultat de 400 M DM. Pour ce qui est de l'Agriculture, le résultat opérationnel avant éléments exceptionnels a augmenté de 5 % à 1018 M DM. La division Phytosanitaires a passé la barre des 4 Mrds DM de CA en hausse de 2 % et la Santé animale réalise 1732 M DM de CA soit une augmentation de 6 %. La branche Polymères continue de progresser avec un CA de 17,2 Mrds DM pratiquement identique à celui de 1997, et un résultat opérationnel de 2,1 Mrds DM en croissance de 22 %. Le groupe confortant ainsi sa position de leader mondial dans les polyuréthanes et le polycarbonate. Quant à la Chimie qui accuse un recul de 14 % de son CA à 8,5 Mrds DM, le résultat opérationnel avant éléments exceptionnels baisse de 10 % à 768 M DM. Plusieurs causes à cela : une dégradation constante des prix en raison d'un contexte économique mondial défavorable, l'externalisation des activités de dioxyde de titane et de silicones ainsi que certaines cessions comme celles des zéolites ou de l'acide citrique de la filiale Haarmann & Reimer qui a vu son CA baisser de 19 % à 1,6 Mrd DM. Autres facteurs ayant affecté la chimie, les crises des pays émergents comme l'Asie, le Brésil et la Russie. Reste Agfa, dont les ventes ont progressé de 5 % à 8,5 Mrds DM et qui selon M. Schneider "est bien préparé pour son entrée en Bourse" malgré un résultat opérationnel avant éléments exceptionnels en recul de plus de 12 % à 499 M DM. Concernant les prévisions 1999, M. Schneider s'est montré plus optimiste que BASF, tablant pour l'exercice 1999 sur un chiffre d'affaires "au moins au même niveau qu'en 1998 et un résultat semblable à celui de 1998 malgré un début d'année particulièrement décevant".Sur la période jancier-février, le CA du groupe aurait reculé de 10 % par rapport à la période de référence. n De Leverkusen, XVG

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Chimie

Nous vous recommandons

[Édito] : Transaction énigmatique en Rhône-Alpes pour Elkem Silicones

[Édito] : Transaction énigmatique en Rhône-Alpes pour Elkem Silicones

Qui est donc l'industriel qui se cache derrière ce bâtiment ? « On n’a pas tous les jours des opportunités de croissance externe à côté de chez soi ! », s’est[…]

Elkem Silicones rachète un site de production en Auvergne-Rhône-Alpes

Elkem Silicones rachète un site de production en Auvergne-Rhône-Alpes

Silicones : Momentive acquiert une activité de KCC

Silicones : Momentive acquiert une activité de KCC

Matériaux silicones : Wacker inaugure un centre de compétences à Shanghai

Matériaux silicones : Wacker inaugure un centre de compétences à Shanghai

Plus d'articles