Nous suivre Info chimie

Résultats/Bayer envisage désormais de lâcher sa pharmacie

Sujets relatifs :


L'affaire du retrait du Baycol/Lipobay ne va pas seulement ternir l'image de Bayer et plomber les prochains résultats. De l'avis des experts du secteur, elle devrait contraindre le groupe de Leverkusen à se séparer purement et simplement de sa branche pharmacie, à l'image de ce qu'a fait BASF à la fin de l'année dernière, ou à tout le moins de chercher un partenaire. " Bayer a deux options stratégiques pour sa branche pharmaceutique : soit fusionner avec une autre société pharmaceutique [...] soit vendre cette branche pour récupérer des liquidités ", concluent les analystes de la banque Lehman Brothers dans une note. Une option qu'ont rejeté les dirigeants de Bayer jusqu'à la mi-août, après avoir, en juillet, considéré comme " envisageable " une coopération ou une alliance avec une entreprise pharmaceutique, précisant toutefois qu'" un abandon de la stratégie des quatre piliers (santé, agrochimie, polymères et chimie) n'est certainement pas la bonne conclusion à tirer " de cette affaire selon M. Schneider. A la mi-août, le groupe s'est orienté vers un changement notable de stratégie avec la possibilité d'une vente, au moins partielle, de sa division pharmacie. A titre personnel, M. Schneider a réaffirmé qu'il ne favorisait pas l'option d'une vente pure et simple de l'activité pharmacie. M. Schneider a cependant indiqué que le groupe s'apprêtait à " revoir en profondeur sa stratégie pharmacie ". Le groupe de Leverkusen aura établi " les bases d'une discussion dans quelques semaines " à ce sujet, destinées à être exposées au conseil de surveillance. " Il y a déjà des candidats " à une coopération avec Bayer dans le domaine de la pharmacie, a cependant déclaré M. Schneider. " Deux entreprises pharmaceutiques de renommée nous ont appelé ", a-t-il ajouté, sans révéler les noms des prétendants. Parmi les scénarios possibles, une coopération avec une autre société reste plus probable que la vente d'une part majoritaire. Merck, Sanofi-Synthélabo, présents dans les anticholestérols pourraient être intéressés. GlaxoSmithkline aurait déjà proposé environ 15 milliards de dollars pour la pharmacie du groupe allemand. Avec le néerlando-suédois Akzo Nobel et le belge Solvay, Bayer est l'un des derniers groupes européens à rester attaché à une stratégie de " conglomérat " d'activités chimiques diversifiées. Une stratégie à contre-courant de la tendance du secteur où les géants tendent à se concentrer sur l'une ou l'autre des activités, à l'image de BASF qui a vendu sa pharmacie ou d'Aventis qui s'apprête à se délester de son agrochimie.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Chimie

Nous vous recommandons

Les persulfates pointés du doigt en décoloration capillaire

Les persulfates pointés du doigt en décoloration capillaire

L'agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) recommande de « réduire au maximum » et « dans les meilleurs délais » les persulfates d'ammonium, de potassium et de sodium, notamment[…]

Des tensions géopolitiques qui raffermissent les cours du pétrole, sans excès

Des tensions géopolitiques qui raffermissent les cours du pétrole, sans excès

La Métropole de Lyon dévoile les 14 lauréats de son Appel des 30

La Métropole de Lyon dévoile les 14 lauréats de son Appel des 30

Solvay réorganise son comité exécutif

Solvay réorganise son comité exécutif

Plus d'articles