Nous suivre Info chimie

Résultats/Bayer refuse l'éclatement du groupe et révise à la baisse ses prévisions de bénéfice en 2001

Sujets relatifs :


Le géant allemand Bayer a de nouveau refusé l'éclatement du groupe en plusieurs entités prôné par certains actionnaires minoritaires, lors de l'assemblée générale annuelle. " Nous considérons comme mauvaise la proposition de scinder le groupe en plusieurs sociétés ", a déclaré son patron Manfred Schneider devant les actionnaires, reprenant les propos tenus lors de la conférence de presse bilan du groupe le 15 mars. Ce projet émane de l'un des actionnaires institutionnels du géant de Leverkusen, la société d'investissement américaine Tweedy Browne, basée à New York, qui détient 0,1 % du capital de Bayer. Tweedy Browne souhaitait séparer les activités de Bayer en trois entités juridiquement distinctes, pharmacie, chimie et agrochimie. Rappelons que le groupe de Leverkusen réalise 34 % de son chiffre d'affaires dans la pharmacie, 38 % dans les polymères, des composants pour les matières plastiques, 13 % dans les produits sanitaires et 15 % dans la chimie. Par ailleurs, Bayer a révisé ses prévisions de bénéfice opérationnel pour 2001 à la baisse, ne prévoyant plus une hausse d'au moins 10 % mais une simple augmentation, non chiffrée par rapport à 2000, selon un porte-parole. " Nous sommes convaincus de dépasser cette année le bénéfice opérationnel record (3,340 milliards d'euros) enregistré l'an passé ", a indiqué Bayer dans sa lettre aux actionnaires. Jusqu'alors Bayer misait sur une hausse d'au moins 10 % de son bénéfice en 2001. " Nous ne disons plus cela ", a confirmé Hans Graf von Hochberg, un porte-parole du groupe. La prudence du groupe de Leverkusen s'explique à la fois par le ralentissement conjoncturel américain et par des retards dans la production de certains médicaments, selon le porte-parole. " L'affaiblissement de la conjoncture mondiale a été pour nous, en particulier en Amérique du Nord, nettement plus important que prévu ", a expliqué Bayer. Au premier trimestre, Bayer a enregistré une baisse de 7 % à 936 millions d'euros de son bénéfice opérationnel. Le bénéfice net sur la même période est ressorti en baisse de 20,5 % à 442 millions d'euros. Le chiffre d'affaires sur la même période a progressé de 10,1 % à 7,7 milliards d'euros. Les analystes attendaient un bénéfice opérationnel compris entre 850 M€ et un milliard d'euros, et un chiffre d'affaires compris entre 7,6 et 8,3 Mrds €. La division Santé a vu ses ventes progresser de 3,5 % à 2,4 milliards d'euros, tandis que son résultat opérationnel a crû de 5,3 % à 358 millions d'euros. Le chiffre d'affaires du segment Pharmacie a progressé de 2 %, tiré par l'Avalox/Avelox, malgré une grande pression des produits concurrents dans le domaine des anti-infectieux, et de Lipobay/Baycol (hypocholestérolémiant), grâce à une augmentation de la force de vente dédiée à ce produit aux Etats-Unis. Les ventes du segment Consumer Care ont progressé de 8 %, principalement grâce à une forte croissance en Europe et en Amérique latine. Les ventes de produits de diagnostic ont, quant à elles, augmenté de 3 %. La division Agriculture n'est pas en bonne forme, avec un déclin des ventes de 3 % à 994 millions d'euros, et du résultat opérationnel de 13,3 % à 235 millions d'euros. La division a, selon Bayer, souffert du ralentissement de l'économie américaine et de conditions météorologiques défavorables en Europe, ainsi que de la crise de la vache folle et de la fièvre aphteuse. En ce qui concerne la division Polymères, le chiffre d'affaires a fortement progressé, de près de 17 %, à 2 846 M€, tandis que le résultat opérationnel chutait lourdement, de 28 % à 230 M€. Selon le groupe, cette diminution est attribuable à l'augmentation des prix de matières premières, mais également aux dépenses liées à l'intégration des polyols de Lyondell. Enfin, la division Produits chimiques affiche des ventes en hausse de 22,5 %, à 1 245 M€, et un résultat opérationnel plus que dynamique, croissant de 22,6 % à 157 M€. Les ventes ont profité de la performance de H.C. Starck (CA en hausse de 78 %). Le chimiste reste toutefois " confiant " pour le deuxième semestre, au cours duquel il attend une reprise économique. Les problèmes de retard de production devraient aussi avoir disparu au troisième trimestre, selon le porte-parole. " En Europe de l'Ouest et en Asie, nous misons toujours sur une stabilité ", a ajouté Bayer. Bayer compte en particulier sur le secteur de l'agrochimie, a ajouté M. von Hochberg.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Chimie

Nous vous recommandons

Les persulfates pointés du doigt en décoloration capillaire

Les persulfates pointés du doigt en décoloration capillaire

L'agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) recommande de « réduire au maximum » et « dans les meilleurs délais » les persulfates d'ammonium, de potassium et de sodium, notamment[…]

Des tensions géopolitiques qui raffermissent les cours du pétrole, sans excès

Des tensions géopolitiques qui raffermissent les cours du pétrole, sans excès

La Métropole de Lyon dévoile les 14 lauréats de son Appel des 30

La Métropole de Lyon dévoile les 14 lauréats de son Appel des 30

Solvay réorganise son comité exécutif

Solvay réorganise son comité exécutif

Plus d'articles