Nous suivre Info chimie

Résultats/Les amendes dans les vitamines font reculer le résultat de BASF

Sujets relatifs :

,

BASF a connu une remontée significative de son chiffre d'affaires (+12 % à 7 247 M d'euros) et de son bénéfice opérationnel avant éléments exceptionnels (+17 % à 624 M d'euros) au troisième trimestre. " En septembre, nous avons réalisé le plus fort chiffre d'affaires mensuel jamais atteint ", souligne Jürgen Strube, président du groupe. Cette performance est liée en grande partie à la hausse des vente en volume (+7 % sur le troisième trimestre). " Nous avons ainsi pu compenser le recul des ventes de l'ensemble du premier semestre ", souligne J. Strube. De janvier à septembre, le chiffre d'affaires s'est ainsi établi à 21 255 M d'euros, en progression de 0,5 % par rapport à la même période de 1998. " Nous comptons sur une poursuite de ce redressement au quatrième trimestre ", ajoute le groupe qui a revu à la hausse ses prévisions de CA pour l'ensemble de l'exercice : il table désormais sur un CA " en légère hausse ". Les commandes pour le quatrième trimestre enregistrent déjà une croissance de plus de 20 %. Le redémarrage en Asie participe à cette hausse avec des ventes en augmentation de 25 % sur les neuf mois et de 32,5 % pour le 3e trimestre. Cependant les charges exceptionnelles liées surtout aux amendes et aux indemnisations que doit payer BASF dans le cadre de sa participation au cartel des vitamines font chuter les bénéfices du groupe. Celui-ci a annoncé une baisse de 58,9 % de son bénéfice net à 541 M d'euros sur les neuf premiers mois de 1999. De janvier à septembre 1999, le bénéfice avant impôts a reculé de 44,5 % à 1 222 M d'euros. Au troisième trimestre, BASF a provisionné pour cette condamnation dans les vitamines 230 M d'euros qui s'ajoutent aux 210 M d'euros du premier trimestre, auxquels il faut ajouter 203 M d'euros notamment pour des restructurations programmées dans le secteur des colorants et des produits d'ennoblissement. D'autres procédures d'indemnisations sont en cours dans les vitamines. Mais BASF estime que " les charges exceptionnelles pourront être largement compensées par des plus-value de cession au quatrième trimestre ". Les charges exceptionnelles ont surtout fait chuter les résultats de la division pharma et nutrition qui a subi une perte de 404 M d'euros au troisième trimestre et de 399 M d'euros sur neuf mois. Hors éléments exceptionnels, ce secteur enregistre sur les neuf mois un bénéfice opérationnel de 367 M d'euros (+2 %) dont 129 M d'euros dans la pharmacie, 25 M d'euros en chimie fine et 216 M d'euros dans l'agrochimie. Les ventes ont augmenté de 6,5 % à 4 221 M d'euros sur cette période. Le groupe reste faible dans le domaine de la pharmacie par rapport à ses concurrents qui se regroupent activement et le président du groupe a indiqué qu'il " examinait toutes les possibilités ", ce qui alimente les rumeurs de cession de cette activité. BASF a notamment misé sur son produit contre l'obésité, Meridia, mais ce dernier n'a pas réussi à dépasser 100 M d'euros de ventes entre janvier et septembre en raison d'un effort de marketing trop faible. BASF compte rectifier le tir avec un budget de publicité sur Meridia de 40 M$ par an au cours des trois prochaines années. BASF vise un CA de 200 à 250 M d'euros avec ce produit en l'an 2000. Trois produits devraient entrer sur le marché au cours des prochaines années dont un antirhumatismal dont BASF attend des ventes de 250 à 400 M d'euros par an. Dans les phytosanitaires, le patron de BASF s'est fortement engagé en faveur d'un développement de l'activité, que ce soit par le biais d'achats, de coopérations ou d'acquisitions de produits. Plusieurs activités dans les phytosanitaires sont plus ou moins officiellement en vente (AstraZeneca, American Home Products, Novartis). Dans les colorants et produits d'enoblissement, BASF a annoncé la fusion de ses colorants textiles avec Dystar (voir p.14). Sur neuf mois, ce secteur a réalisé un chiffre d'affaires en hausse de 1,3 % à 4 729 M d'euros mais un résultat en recul de 11 % à 447 M d'euros en raison de provisions pour restructuration. Le CA du secteur produits chimiques a reculé sur neuf mois (-3,7 % à 3 859 M d'euros) tout comme le bénéfice opérationnel (-22 % à 558 M d'euros). Le CA de l'ensemble du secteur plastiques et fibres atteint 6023 M d'euros (+4,4 % sur neuf mois). Le bénéfice opérationnel s'établit aussi en forte hausse (+14 % à 428 M d'euros). Pour les seules polyoléfines, le chiffre d'affaires a augmenté de 35 % au troisième trimestre, grâce notamment à la hausse des prix. Ce secteur devrait profondément être modifié par la fusion de l'ensemble des polyoléfines du groupe (50 % d'Elenac, 50 % de Targor) avec les activités de Shell (notre dernier numéro p.3). Sur neuf mois, le groupe a investi 1,99 Mrd d'euros, soit 14 % de plus que sur la même période de 1998. D'importants projets sont en cours comme la construction d'un vapocraqueur géant aux États-Unis ou le complexe chinois de Nanjing pour lequel le feu vert définitif est imminent. L'effectif mondial du groupe a progressé de 1,7 %, à 106 043 personnes au 30 septembre 1999.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Chimie

Nous vous recommandons

Vitamine E : DSM finalise la création d’une société commune en Chine

Vitamine E : DSM finalise la création d’une société commune en Chine

Comme annoncé le 29 janvier 2019, le groupe DSM vient de boucler la création d’une société commune avec le Chinois Nenter. DSM a versé 135 M€ pour acquérir 75% du capital de la[…]

03/09/2019 | VitaminesChimie verte
Vitamine E: DSM investit dans le Chinois Nenter

Vitamine E: DSM investit dans le Chinois Nenter

Vitamine E : Amyris sous-traitera en Chine

Vitamine E : Amyris sous-traitera en Chine

À Ludwigshafen BASF renforcera sa vitamine A

À Ludwigshafen BASF renforcera sa vitamine A

Plus d'articles