Nous suivre Info chimie

Résultats/Les cessions d'actifs réduisent la rentabilité de Rhodia...

Sujets relatifs :

,

Rhodia, qui a accusé une perte nette de 22 millions d'euros sur les neuf premiers mois de 2002, a annoncé qu'il attendait " au mieux une stabilité de la conjoncture économique " au dernier trimestre de l'exercice en cours. Sur les neuf premiers mois de 2002 par rapport à la même période de 2001, le résultat opérationnel a progressé de 57 %, à 270 M?, tandis que le chiffre d'affaires a reculé de 9 %, à 5 089 M?. Rhodia prévoit, pour le quatrième trimestre 2002, un excédent brut d'exploitation " comparable " à celui du troisième trimestre 2002 (184 M?) et table sur un " maintien " du niveau de croissance organique affiché de juillet à fin septembre 2002 (+4,2 %). Rhodia a également confirmé les " effets favorables attendus au quatrième trimestre d'une meilleure gestion de sa trésorerie opérationnelle ". " L'activité devrait au mieux rester au niveau " du troisième trimestre 2002, a noté Pierre Prot, directeur général adjoint de Rhodia chargé des finances, en soulignant que " certains marchés souffrent plus que d'autres ". La pharmacie, l'électronique et le textile sont mal en point et " on ne voit pas d'amélioration au quatrième trimestre " 2002 pour ces secteurs, a indiqué P. Prot. Les autres marchés " se tiennent mieux ", mais sans visibilité, a-t-il ajouté. Le groupe, qui a annoncé plusieurs cessions depuis le depuis le début de l'année et tout particulièrement, ces derniers jours, la cession des activités phénol, carbonate de soude et acide chlorhydrique en Europe, a " réaffirmé son engagement de réduction " de sa dette financière nette, qui devrait atteindre " près de 2 milliards d'euros " à la fin 2002, contre une dette de 2,6 Mrds ? à la fin 2001, soit une diminution prévue d'environ 23 % en un an. Grâce à sa toute dernière cession, " Rhodia aura dépassé son objectif de 500 millions d'euros de produits de cession annoncés en début d'année ", souligne J.-P. Tirouflet. En revanche, les ventes annoncées précédemment par Rhodia, notamment RhodiaSter, sa filiale brésilienne de polyester et Kermel, deuxième producteur européen sur le marché des fibres techniques, ont entraîné sur les neuf premiers mois de 2002, une perte de 62 M? en valeur brute et de 52 M? en valeur nette. Au troisième trimestre 2002, " dans un environnement marqué par un essoufflement de la reprise amorcée au deuxième trimestre 2002 ", les volumes et les marges ont augmenté " dans toutes les divisions du groupe ", s'est félicité Rhodia. Cependant, de juillet à fin septembre 2002, le chiffre d'affaires a reculé à un an d'intervalle de 4,8 % à 1 604 M?, en raison d'une baisse des prix de 3,1 % (hors effet de conversion), des cessions et des fluctuations monétaires. Hors effets de périmètre et de conversion, le chiffre d'affaires affiche une hausse de 4,2 %, grâce à un effet volume de 7,3 %. Par rapport au deuxième trimestre 2002, et à structure comparable (hors effets de périmètre et de conversion), les ventes ont en revanche reculé en volume, mais les prix sont restés stables. En termes de résultats au troisième trimestre 2002, Rhodia a essuyé une perte nette de 27 M?, mais cette perte est réduite de 63,5 % par rapport à celle du troisième trimestre 2001 (-74 M?). Le résultat opérationnel s'est aussi très nettement amélioré, atteignant 76 M? (contre -44 M? au 3e trimestre 2001), les ventes en volume et les marges ayant augmenté dans toutes les divisions du groupe. Par activité, la chimie organique fine enregistre au troisième trimestre une hausse de 6 % de son chiffre d'affaires à 284 M?, grâce à une forte croissance en volume, et de 78,6 % de son excédent brut d'exploitation (EBE) à 25 M?, par rapport au 3e trimestre 2001. Rhodia anticipe en revanche pour sa filiale ChiRex " un ralentissement de l'activité plus importante que prévu sur 2003, en raison de reports dans le lancement de nouveaux produits pharmaceutiques ". Dans les spécialités pour produits de consommation, " l'activité phosphates de spécialités enregistre les bénéfices des actions de restructuration, alors que les dérivés phosphorés ont confirmé une forte progression de leur vente et de leur rentabilité opérationnelle ". L'EBE enregistre une hausse de 10,4 % à 53 M? et un CA en recul de 7,3 % à 458 M?. La division spécialités industrielles a enregistré à la fois un recul de son CA de 10,2 % à 304 M? et de son EBE de 5,9 % à 32 M?. Les silicones ont souffert de la morosité du marché américain et la croissance de l'activité silices est moins soutenue qu'au second trimestre. Dans les polyamides, secteur où le groupe enregistre sa meilleure marge opérationnelle (7,2 %), le CA a crû de 3,2 % à 320 M? et l'EBE de 82,8 % à 53 M?, grâce notamment à une croissance forte dans les intermédiaires et les plastiques techniques sur les marchés américains et asiatiques et à l'effet des restructurations. La division services et spécialités a enregistré un recul de 7,3 % de son CA à 240 M? et une hausse de 10,9 % de son EBE à 51 M?. La rentabilité opérationnelle d'Eco-Services a augmenté, notamment dans la régénération d'acide sulfurique, tout comme celle d'Acetow (acétate pour filtres à cigarettes).

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Chimie

Nous vous recommandons

Développement durable : Le site d’Elkem à Saint-Fons certifié ISO 14001

Développement durable : Le site d’Elkem à Saint-Fons certifié ISO 14001

Le 23 mars 2021, la société Elkem Silicones a annoncé l’obtention de la certification ISO 14001 pour son site rhodanien de Saint-Fons. L’audit effectué en décembre 2020 a permis de satisfaire les[…]

24/03/2021 | SiliconeHSE
[Édito] : Transaction énigmatique en Rhône-Alpes pour Elkem Silicones

[Édito] : Transaction énigmatique en Rhône-Alpes pour Elkem Silicones

Elkem Silicones rachète un site de production en Auvergne-Rhône-Alpes

Elkem Silicones rachète un site de production en Auvergne-Rhône-Alpes

Silicones : Momentive acquiert une activité de KCC

Silicones : Momentive acquiert une activité de KCC

Plus d'articles