Nous suivre Info chimie

Résultats/Prévisions encourageantes pour BASF

Sujets relatifs :


Le groupe allemand BASF tire bien son épingle du jeu malgré une conjoncture jugée de plus en plus défavorable et des résultats médiocres dans l'agrochimie. Ainsi BASF a enregistré au cours du troisième trimestre un bénéfice opérationnel (avant éléments exceptionnels) de 591 millions d'euros, en hausse de 80,2 %, pour un chiffre d'affaires de 7 581 M?, en croissance de 5,3 %. Le bénéfice net double même sur cette période de 123 M? à 247 M?. Du fait d'un premier trimestre moins reluisant, la hausse du bénéfice opérationnel est plus modérée sur les neuf premiers mois de l'année (2 231 M?, +9,3 %) et le chiffre d'affaires a légèrement reculé de 2,5 % à 24 199 M? sur les trois premiers trimestres. Une performance qui reste nettement supérieure à celle réalisée par son concurrent Bayer. " Notre société a prouvé qu'elle pouvait mener à bien sa stratégie malgré un climat difficile ", se félicite Jürgen Strube, président du directoire de BASF qui prévoit désormais une hausse de 15 % de son bénéfice opérationnel sur l'ensemble de l'exercice 2002 par rapport à 2001, à 2,6 Mrds ?, et une stabilité du chiffre d'affaires (32,5 Mrds ? en 2001). Celui-ci met les performances de son groupe sur le compte des réductions de coûts et d'une gestion active du portefeuille qui s'est surtout traduite par la vente des activités pharmaceutiques et un recentrage sur la chimie et les phytosanitaires. Au niveau des économies réalisées ou en cours, le président du groupe compte " tenir son objectif de 1 Mrd ? d'ici à la fin 2003 ", sans compter un potentiel de 450 M? d'économies récemment annoncé pour le site de Ludwigshafen (Chimie hebdo n°190, p.22). En outre, BASF a réduit de 20 % ses investissements cette année et compte encore les diminuer légèrement en 2003. Jürgen Strube s'inquiète cependant des signes conjoncturels défavorables. Les instituts économiques ont réduit leurs prévisions (pour l'exercice) et estiment désormais la croissance du produit intérieur brut à seulement 1 % en Europe et même moins en Allemagne. Le président du groupe souligne également les risques " d'action militaire en Irak et de nouvelles opérations terroristes qui ont tiré vers le haut les prix du pétrole ainsi qu'"une plus grande prudence" de la part des consommateurs en Europe et aux Etats-Unis ". Le principal point noir reste le niveau des prix de vente. Pour le troisième trimestre, ceux-ci se sont inscrits en recul de 4,7 % par rapport à la même période de 2001, et sur neuf mois en baisse de 7,4 %. Seule la hausse des ventes en volume (+15 % au troisième trimestre et +7,7 % sur neuf mois) a permis de compenser le recul des prix. Pour 2003, le président de BASF reste ainsi prudent dans ses prévisions, mais compte cependant sur un raffermissement de la croissance économique d'environ 2 % en Europe et de 3 % au niveau mondial et une performance un peu meilleure dans la chimie. Par région, les ventes en Europe ont progressé de 4,3 % de juillet à septembre et le bénéfice opérationnel (avant éléments exceptionnels) de 17 % à 509 M?, la moitié de ce chiffre ayant été cependant réalisé par la division gaz et pétrole. En Amérique du Nord, le chiffre d'affaires trimestriel a augmenté de 17 %, en partie grâce au démarrage du vapocraqueur texan de Port Arthur, mais le bénéfice opérationnel est resté dans le rouge (-13 M?) ce qui représente cependant une nette amélioration par rapport à l'année précédente (-183 M?). En Amérique du Sud, les ventes trimestrielles ont reculé de 24,2 %, essentiellement en raison de la dévaluation de la monnaie brésilienne, mais le bénéfice opérationnel s'est amélioré de 41,2 %. Les meilleures performances en terme de ventes ont été réalisées en Asie-Pacifique avec un chiffre d'affaires en hausse de 21,9 %, grâce à une demande soutenue et au démarrage de l'unité d'Ellba Eastern (oxyde de propylène et styrène) à Singapour. En revanche, le bénéfice opérationnel a subi un recul de 8 %. Les différents secteurs d'activités offrent une image contrastée. La division pétrole et gaz a ainsi vu son chiffre d'affaires reculer de 12,2 % au troisième trimestre, du fait " de l'appréciation de l'euro face au dollar ", de la dépréciation du peso argentin, " et de la réduction des quotas de production de l'Opep ". Dans l'agrochimie, les ventes affichent également une baisse de 14,8 % au troisième trimestre, essentiellement en raison d'effets de change négatifs, d'un recul de la demande aux Etats-Unis dû à des conditions climatiques défavorables et d'une réduction du volume d'activité de BASF au Brésil. Selon Peter Oakley, responsable pour cette activité auprès du directoire, " l'objectif d'une marge opérationnelle (avant taxes, amortissements et éléments exceptionnels : Ebitda/CA) de 20 % en 2002 ne sera pas atteinte ". Celle-ci devait plutôt se situer aux alentours de 17 %. Cependant, le groupe mise toujours sur une marge de 25 % à moyen terme. " Nous avons pris un certain nombre de mesures dans ce sens. Nous allons atteindre notre objectif de 250 M? de synergies suite au rachat d'AHP ", explique P. Oakley. La division agrochimie du groupe, qui vient notamment de reprendre plusieurs produits de Bayer CropScience (dont le Fipronil hérité d'Aventis), a fermé fin septembre un centre de recherche à Princeton aux Etats-Unis. Deux autres centres, situés à Greenville (Mississippi) et Ebina (Japon), ont été fermé au deuxième trimestre 2002. Un site de formulation a été fermé en Colombie, un deuxième sera prochainement arrêté à Taïwan et un troisième fermé en 2003 dans le Missouri. " D'autres mesures concernant d'autres sites doivent encore être annoncées dans les prochains mois ", a ajouté P. Oakley. A contrario, la chimie ainsi que les plastiques et fibres se sont bien comportés, profitant des mesures de réductions de coûts mises en ?uvre par le groupe. La première division a vu son chiffre d'affaires progresser de 21,4 % sur la période, dopée en particulier par la pétrochimie. La division plastiques et fibres a vu ses ventes croître de 11,1 % grâce à une hausse des ventes en volume de 20,6 %, et son résultat d'exploitation passer de 15 à 182 M?. L'activité laques et pigments, enfin, a vu son bénéfice plus que doubler sur la période. De Ludwigshafen, Cyrienne Clerc

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Chimie

Nous vous recommandons

Les persulfates pointés du doigt en décoloration capillaire

Les persulfates pointés du doigt en décoloration capillaire

L'agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) recommande de « réduire au maximum » et « dans les meilleurs délais » les persulfates d'ammonium, de potassium et de sodium, notamment[…]

Des tensions géopolitiques qui raffermissent les cours du pétrole, sans excès

Des tensions géopolitiques qui raffermissent les cours du pétrole, sans excès

La Métropole de Lyon dévoile les 14 lauréats de son Appel des 30

La Métropole de Lyon dévoile les 14 lauréats de son Appel des 30

Solvay réorganise son comité exécutif

Solvay réorganise son comité exécutif

Plus d'articles