Nous suivre Info chimie

Résultats semestriels/Net redressement des bénéfices de Rhodia

Sujets relatifs :


C'est au quatrième trimestre 1998 que l'activité de Rhodia a atteint son point bas, tant en CA avec 1239 M d'euros qu'en excédent brut d'exploitation (EBE) avec 169 M d'euros). Mais, après un premier trimestre 1999 encore très mauvais (1295 M d'euros de CA et 180 M d'euros d'EBE), l'activité s'est redressée dès le mois de mars et le deuxième trimestre a été marqué par une forte reprise en volumes, sinon en prix (1414 M euros de CA et 256 M d'euros d'EBE) et par un impact croissant des mesures d'économies sur les résultats. Le premier semestre reste néanmoins marqué par une importante baisse du CA (- 10 % à 2709 M d'euros), s'expliquant par une baisse de 3 % des volumes et de 7% des prix de vente et un EBE (436 M d'euros) encore en recul de 2,2 % sur celui du premier semestre 1998. La forte amélioration de la rentabilité au second trimestre a néanmoins incité Jean-Pierre Tirouflet, p-dg de Rhodia, à présenter une analyse optimiste des perspectives de son groupe et à confirmer son objectif de 75 % de croissance du résultat net pour l'ensemble de l'exercice en cours. A six mois, le résultat net progresse en effet de 22 % à 138 M d'euros, en dépit d'un résultat opérationnel semestriel (239 M d'euros) encore en recul de 6 % sur celui du premier semestre 1998. Après le creux du quatrième trimestre 1998 toutes les divisions ont enregistré une croissances forte et continue de leurs EBE. En général, les ratios EBE/CA atteints au deuxième trimestre 1999 se situent au-dessus des moyennes 1998 : 17,5 % pour l'organique fine (contre 16,2 % en 1998), 17,7 % dans les spécialités pour produits industriels (10,6 % en 98), 18,4 % (stable) dans les services & spécialités, 22,5 % dans les polyamides (17 % en 98) et 11,5% dans les spécialités pour produits de consommation (9,3 % en 98). Avec un paradoxe irritant pour les théoriciens de la chimie de spécialités : c'est l'activité polyamides, forte de son intégration amont-aval qui l'apparente à la " chimie de base ", qui reste la plus rentable du groupe. Quoiqu'il en soit, cette bonne performance a été saluée par la Bourse, où le cours de l'action Rhodia atteignait 21 euros à la mi-août, ce qui laisse bien augurer d'une cession prochaine des 67 % de Rhodia que détient encore Rhône-Poulenc. " Le plus tôt sera le mieux " a réaffirmé J.-P. Tirouflet qui préfère " une opération de marché " à la cession à un partenaire stratégique qui serait difficile à trouver et remettrait en cause l'indépendance du groupe au détriment de ses actionnaires. D'autant que les perspectives offertes par l'acquisition d'Albright & Wilson qui ne sera réalisée que début 2000 sont particulièrement prometteuses (voir Chimie hebdo n°55, p. 7).

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Chimie

Nous vous recommandons

Dow Corning et Wacker inaugurent leur site chinois

Dow Corning et Wacker inaugurent leur site chinois

Dow et Wacker inaugurent leur site de fa brication de siloxane et de silice pyrogénée à Zhang jiagang dans la province de Jiangsu en Chine. Avec 1 million de m2, il s'agit de la plus grande installation du genre en Chine. L'inves tissement[…]

Rhodia démarre une usine en Chine

Rhodia démarre une usine en Chine

Clariant finalise sa réorganisation

Clariant finalise sa réorganisation

BASF réorganise ses produits pour le papier

BASF réorganise ses produits pour le papier

Plus d'articles