Nous suivre Info chimie

Résultats trimestriels/BASF réduit ses ambitions pour 1998

Sujets relatifs :


BASF a dû revoir à la baisse sa prévision de résultats et envisage une hausse du bénéfice imposable inférieure à 5% sur l'année suite à la chute des prix du pétrole et des produits chimiques de base. Et cette hausse sera essentiellement due à une baisse des charges exceptionnelles et à une nette amélioration du résultat financier. L'an dernier, BASF avait enregistré un bénéfice imposable de 5331MDM. "Les activités ne se sont pas ravivées à partir de la mi-année comme nous l'espérions en raison d'une faiblesse de la conjoncture... Et pour le quatrième trimestre, nous n'attendons pas d'amélioration de la situation économique", indique Jürgen Strube, président du directoire. Au cours des neuf premiers mois, le bénéfice imposable a augmenté de 6,7% à 3807MDM mais seulement de 0,4% au troisième trimestre. Hors éléments exceptionnels, le chiffre sur neuf mois aurait même reculé d'environ 10%. Principale conséquence : l'objectif de rentabilité sur capital de 13% ne sera pas atteint cette année, et tout en restant supérieure à 12%, celle-ci sera même "en dessous des 12,6 % de l'an dernier", estime le président du groupe. De même les ventes reculent de 0,2% (à 41455 MDM) sur neuf mois et de 7,5% sur le troisième trimestre. De janvier à septembre, la croissance des ventes en volumes (+ 2,7 %), les nouvelles ventes liées à l'augmentation du périmètre d'activité (+1,6 %) et l'évolution favorable des taux de change
(+ 0,3 %) sont autant de facteurs positifs qui n'ont pas pu compenser la baisse des prix (- 4,8 %). En outre l'évolution des taux de change, largement favorable en début d'année est négative depuis le second trimestre. La baisse des prix est aussi accentuée au troisième trimestre (- 7,5%). Sur l'ensemble de l'année 1998, le chiffre d'affaires devrait donc reculer. "Et l'année prochaine ne devrait pas voir se réaliser de nouveaux records en raison de la crise économique et financière dans certains pays émergents et du probable ralentissement d'activité en Europe et aux Etats-Unis", commente J. Strube. Malgré cet environnement peu favorable, BASF continue à voir son bénéfice augmenter . "A une seule exception, nos résultats trimestriels ont été en hausse depuis 1993, soit 21 trimestres", remarque le président de BASF. Une réussite qu'il impute à la stratégie engagée : renforcer les activités peu sensibles aux cycles et réduire les coûts tout en visant un leadership dans les activités cycliques.
Le groupe mise également sur ses "verbunds", à Ludwigshafen, Anvers et dans une certaine mesure Tarragone. L'existence de ces " verbunds ", sites intégrés au niveau de la production et de l'infrastructure, permet à BASF d'économiser 1Mrd de DM à Ludwigsafen et 500 MDM sur les autres sites. Le groupe poursuit cette stratégie en Malaisie où il construit un complexe intégré de 1,2Mrd DM avec Petronas, aux Etats-Unis, où l'intégration sur les sites de
Geismar et Freeport sera renforcée par la construction d'un vapocraqueur de 1,8 Mrd DM avec Fina et en Chine, à Nanjing, où un autre complexe devrait entrer en service vers 2003 malgré des discussions laborieuses avec le partenaire
local sur le prix des terrains. Parallèlement, le groupe a choisi
de s'associer pour renforcer sa compétitivité sur certains
marchés comme récemment dans le PVC avec Solvay. Sur les neuf mois, BASF a souffert dans son marché essentiel, l'Europe, où il a essuyé une baisse de 1,2% de son bénéfice d'exploitation à 3119 MDM de janvier à septembre.
Les ventes ont particulièrement augmenté en Amérique du Nord sur neuf mois (+6,9%) mais reculé en Asie (-10,2 %) et en Amérique du Sud (-2,8%) et stagné en Europe (-0,4%). Par secteurs d'activités, toutes les divisions ont enregistré un bénéfice au troisième trimestre sauf les phytosanitaires en raison d'un effet saisonnier. En revanche, seules les ventes du secteur santé/nutrition (pharmacie, phytosanitaires,....) ont continué à progresser au troisième trimestre. Sur neuf mois, ce secteur enregistre un chiffre d'affaires
de 9187 MDM (+8,7%) et un bénéfice d'exploitation de 726 MDM (+6,6%). La pharmacie qui avait souffert de charges exceptionnelles l'an dernier voit sa situation s'améliorer avec un bénéfice additionnel de 110 MDM sur neuf mois et une croissance de 11% des ventes, largement au dessus - environ le double - de la croissance du marché. Le lancement de Meridia (sibutramine), pour le traitement de l'obésité et de Vicoprofen (analgésique) aux Etats-Unis a eu un effet positif. Les médicaments en développement (phase 2 et 3) ont un potentiel de 2,5 Mrds DM selon BASF. Le Meridia pourrait réaliser à lui seul des ventes de 1Mrd DM à terme. "Depuis 1994, notre bénéfice opérationnel
a réussi à absorber une hausse des dépenses de R&D
et de marketing ainsi que de goodwill de 1Mrd de DM",
souligne Eggert Voscherau, responsable de ce secteur.
La division phytosanitaires devrait enregistrer une hausse de 10 % de ses bénéfices sur l'ensemble de l'année grâce notamment au lancement de nouveaux produits (Chimie Hebdo n°24, p.12). Les plus belles performances en termes de résultats ont été enregistrées dans les colorants et produits d'ennoblissement (CA de 9129 MDM sur neuf mois, -5,3%) avec un hausse de 40% du bénéfice opérationnel sur neuf mois (à 984MDM). Le groupe explique cette hausse par l'effet positif des restructurations engagées. Le secteur chimique (CA de 6404 MDM), reste le n°1 un groupe en termes de participation aux résultats (1381 MDM, -7,7%) et de marge bénéficiaire (21,6%). Dans les plastiques et fibres (CA de 11287 MDM, + 5,4%), le résultat opérationnel a augmenté de 37,4% sur neuf mois à 734 MDM grâce à la bonne tenue des plastiques techniques et des styréniques. Sur le troisième trimestre, le résultat de ce secteur touché par la baisse des prix est en revanche stagnant. n De Francfort, Cyrienne Clerc

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Chimie

Nous vous recommandons

Les persulfates pointés du doigt en décoloration capillaire

Les persulfates pointés du doigt en décoloration capillaire

L'agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) recommande de « réduire au maximum » et « dans les meilleurs délais » les persulfates d'ammonium, de potassium et de sodium, notamment[…]

Des tensions géopolitiques qui raffermissent les cours du pétrole, sans excès

Des tensions géopolitiques qui raffermissent les cours du pétrole, sans excès

La Métropole de Lyon dévoile les 14 lauréats de son Appel des 30

La Métropole de Lyon dévoile les 14 lauréats de son Appel des 30

Solvay réorganise son comité exécutif

Solvay réorganise son comité exécutif

Plus d'articles