Nous suivre Info chimie

Retour à la croissance

Julien Cottineau

OLIVIER HOMOLLE, président de l'UIC

Quels faits retiendrez-vous de l'année 2010?

D'abord la reprise économique. La production chimique en France a terminé l'année aux environs de 10 % de croissance, retrouvant ainsi presque les niveaux de 2008, même s'il existe de grandes disparités entre les secteurs. Cette croissance, malgré la crise de septembre-octobre avec les mouvements sociaux et le blocage du port de Marseille, est une excellente nouvelle. Le second point marquant aura été l'échéance du 30 novembre du règlement Reach pour laquelle les industriels français ont tenu le pari. Mais il ne faut pas s'arrêter sur ce succès, il faut déjà préparer l'échéance de 2013 qui concernera davantage les PME. Le troisième grand point est le renouveau d'une politique industrielle en France avec les États généraux de l'industrie, dont découlent la Conférence nationale des industries, la mise en place des comités stratégiques de filière dont le Comité chimie et matériaux, le Grand Emprunt et les Investissements d'avenir. La démarche est extrêmement positive car elle est un moteur pour l'industrie. Il n'y a pas de France et d'Europe fortes sans industrie forte. Et pas d'industrie forte sans chimie forte.

Quels seront les enjeux principaux en 2011?

Il y a avant tout l'enjeu économique. La reprise reste fragile et la visibilité encore faible. Un certain nombre de points d'interrogation subsistent avec l'arrêt de mesures favorisant la consommation, comme la prime à la casse, ou la mise en place de mesures d'austérité en Europe. Globalement, l'export paraît très bien orienté et actuellement il n'y a pas de problème structurel : les entreprises sont saines, dans la chimie comme dans bon nombre de nos secteurs avals. Cela devrait contribuer à une « croissance normale ». Du côté de la compétitivité, il faudra se préoccuper notamment des questions réglementaires, par exemple en matière de transport et de sécurité. Un autre enjeu est la chimie durable : la chimie est au cœur des grands défis comme ceux de l'énergie, du climat ou encore de l'urbanisation, elle doit devenir de plus en plus durable et apporter des solutions pour demain. Renforcer la recherche et l'innovation seront des enjeux essentiels, en particulier avec un meilleur mariage entre la recherche publique et privée. Enfin, 2011 sera l'année internationale de la chimie, donc l'occasion de contribuer à changer son image et mieux expliquer sa place dans la société et dans l'économie globale.

Sur quoi doivent se concentrer les chimistes en France et en Europe pour résister aux puissances émergentes comme le Moyen-Orient et l'Asie ?

Il y a une différence sensible entre les deux. L'Asie dispose d'un marché local en très forte croissance et ses productions chimiques sont essentiellement destinées à la consommation locale. Au Moyen-Orient, il s'agit surtout d'investissements pour bénéficier de la matière première. Pour faire face, les industriels français ou européens devront savoir conserver leur présence sur leurs marchés locaux et s'appuyer sur l'avance technologique et l'innovation. Il ne s'agit pas seulement de molécule mais aussi de technologies et de procédés. Nous disposons dans ces domaines d'une matière grise incroyable et de très grandes compétences dans nos entreprises.

Retour à la croissance

OLIVIER HOMOLLE, président de l'UIC

Après la violente crise entre fin 2008 et 2009, l'industrie chimique a retrouvé des couleurs en 2010. Les larges restructurations et réductions de coûts engagées en 2009, le regain des marchés et le dynamisme des pays émergents ont permis aux industriels de renouer avec les bénéfices. Projets et acquisitions sont revenus à l'ordre du jour. Retour sur les événements marquants de 2010.

JANVIER

Les concurrents s'agitent autour de QP pour un complexe pétrochimique au Qatar

Qatar Petroleum (QP) jette son dévolu sur ExxonMobil, au détriment de Total et de Shell, pour un complexe pétrochimique à Ras Laffan. Projet qui prévoit un vapocraqueur de 1,6 Mt/an. L'été suivant, des rumeurs évoquent le retrait d'Exxon- Mobil. Les anciens concurrents redémarrent dans la foulée de nouvelles négociations avec QP. Fin décembre, Shell signe même un protocole d'accord pour un projet de complexe axé sur la production de monoéthylène glycol.

 

Lanxess relance son projet à Singapour

Post-crise, le groupe allemand reprend son projet d'une usine de 100 t/an de caoutchouc butyle à Singapour, dans le cadre d'un investissement majeur de 400 M€. La mise en service est reprogrammée à début 2013.

FEVRIER

Braskem s'étend aux Amériques

Avec l'ambition de se positionner comme le n°5 mondial de la pétrochimie, Braskem s'engage dans plusieurs opérations de croissance externe. D'abord avec son compatriote Quattor, qui lui permet de renforcer ses capacités de polyéthylène et de polypropylène. Ensuite avec une offre sur la division polypropylène de Sunoco Chemicals, qui lui permet de s'implanter industriellement aux États-Unis sur ce segment. Les deux opérations sont finalisées au printemps.

 

Isochem est repris par Aurelius

La filiale chimie fine de la SNPE, en plein démantèlement, est cédée pour moins de 10 M€ au fonds d'investissement allemand Aurelius.

MARS

Dow cède Styron à Bain Capital

Moins d'un an après le regroupement de ses activités styréniques au sein de Styron, Dow cède pour 1,63 Mrd $ cette filiale au fonds d'investissement Bain Capital.

 

Novacap continue d'investir

Le groupe français a poursuivi ses investissements malgré la crise. Novapex (chimie organique) lance ses premières productions d'alcool isopropylique à partir d'acétone, Novacarb (chimie minérale) construit des unités pour doubler ses capacités de bicarbonate de sodium, et Novacid (chimie inorganique) s'est associé à Feralco pour un projet de chlorure ferrique.

 

CF Industries reprend enfin Terra

Le groupe américain parvient enfin à acquérir Terra Industries pour 4,7 Mrds $, soit plus du double de l'offre initiale début 2009. Entre-temps, CF avait annoncé se retirer du dossier et le Norvégien Yara avait proposé 4,1 Mrds $. Avec Terra, CF devient n°2 mondial des engrais azotés.

AVRIL

Cognis dans le collimateur de BASF

Le leader mondial de la chimie renoue brutalement avec les grandes manœuvres. Les rumeurs d'une possible reprise de son compatriote Cognis se confirment dès juin dans le cadre d'une transaction de 3,1 Mrds € au nez et à la barbe de l'Américain Lubrizol. Avec Cognis, BASF renforce essentiellement sa division Produits de performance.

 

Futerro se lance dans l'aventure du PLA

La coentreprise entre Total Petrochemicals et Gallactic inaugure la première unité européenne de démonstration de production d'acide polylactique (PLA) d'origine renouvelable. Installée sur le site de la sucrerie d'Escanaffles, en Belgique, l'unité de Futerro dispose de capacités de 1 500 t/an pour ces bioplastiques fabriqués à partir d'un procédé de fermentation de sucre de betterave.

MAI

Rhodia regroupe sa R&D dédiée aux matériaux à base de polyamides

Le chimiste français inaugure son Technyl Innovation Centre à Saint-Fons (Rhône). Ce centre de R&D, qui devrait recenser à terme près d'une centaine de spécialistes mondiaux des matériaux à base de polyamides, concrétise la restructuration amorcée en 2008 de sa division Polyamides.

JUIN

AkzoNobel cède National Starch

Le géant des peintures et des revêtements solde l'héritage non stratégique d'ICI. Pour 1,3 Mrd $, AkzoNobel cède National Starch, sa division de produits amidonnés et d'ingrédients pour l'agroalimentaire, à l'Américain Corn Products.

 

Le Pipame mise sur le développement durable

L'étude du Pipame sur la chimie identifie trois leviers de croissance pour l'industrie chimique dans le cadre d'un meilleur développement durable : une meilleure gestion des ressources via le recyclage et la chimie du végétal, l'amélioration de la catalyse et de l'intensification des procédés, et l'identification de nouveaux marchés avec l'intégration de la chimie dans les filières avales d'avenir.

 

Tereos se renforce au Brésil

Açucar Guarani investit plus de 150 M€ pour l'acquisition d'une usine d'éthanol et de sucre près de Sao Paulo. La filiale de Tereos Internacional, société fondée par Tereos pour regrouper ses activités brésiliennes de diversification, muscle la présence du groupe coopératif français au Brésil.

 

Rhodia acquiert Feixiang Chemicals

Pour 489 M$, le chimiste français reprend Feixiang Chemicals et fait ainsi son entrée sur le marché des amines de spécialités. L'année du trentième anniversaire de sa présence en Chine, Rhodia renforce ainsi son réseau industriel pour les surfactants dans le pays en comptant désormais 3 usines locales.

JUILLET

Total confirme son engagement dans le MTO

Total Petrochemicals produit ses premières quantités de polypropylène à partir de méthanol au sein de son unité de démonstration methanol-to-olefins (MTO) de Feluy, en Belgique. Une avancée qui entrevoit déjà des projets à échelle industrielle dans les pays émergents, comme en Chine où Total s'engage dès novembre pour un complexe de polyléfines à partir de méthanol.

 

Honam reprend Titan

Le Sud-Coréen Honam Petrochemical débourse plus de 950 M€ pour s'offrir le n°1 pétrochimique en Malaisie, Titan Chemicals, et augmenter de plus de 40 % ses capacités mondiales d'éthylène.

AOÛT

BHP Billiton à l'assaut de PotashCorp

Le marché mondial de la potasse est secoué par la gigantesque offre de 39 Mrds $ du géant minier BHP Billiton sur PotashCorp. Le groupe canadien spécialiste des engrais mettra tout en œuvre pour résister à cette prise de contrôle et bénéficiera du soutien de l'État canadien inquiet d'une trop grande consolidation sur son territoire. Après un long feuilleton, BHP Billiton jette finalement l'éponge en novembre.

BP cède des actifs pétrochimiques

Englué dans la gigantesque marée noire qu'il a provoquée dans le Golfe du Mexique, BP se sépare de plus de 30 Mrds $ d'actifs, notamment en pétrochimie avec la cession à Petronas de ses parts dans leurs coentreprises en Malaisie.

SEPTEMBRE

Air Liquide injecte 450 M$ au Moyen-Orient

Le géant des gaz industriels aura multiplié les investissements dans les régions émergentes en 2010. A l'automne, il annonce un investissement majeur de 450 M$ en Arabie Saoudite pour la construction de deux unités d'hydrogène pour alimenter une raffinerie de Saudi Aramco.

 

Hexion et Momentive fusionnent

Un nouveau géant des spécialités se forme avec la fusion des Américains Hexion et Momentive. Le nouveau groupe, Momentive Performance Materials, devrait peser plus de 7 Mrds $ de ventes annuelles.

 

Omnova Solutions s'offre Eliokem

L'Américain Omnova Solutions lance une offre de 227,5 M€ sur le Français Eliokem, spécialiste d'émulsions polymères et d'additifs. La fusion est effective en décembre.

OCTOBRE

Blocage du port de Marseille

Pendant 33 jours le blocage du port de Marseille, principal point d'entrée et de sortie des productions chimiques en France, affecte une grande partie de la production dans l'Hexagone. L'UIC chiffrera à plus de 600 M€ la perte de chiffre d'affaires, sans compter l'impact des mouvements sociaux contre la réforme des retraites.

 

Création du Comité chimie et matériaux

Le Comité d'orientation stratégique de l'industrie chimique (Cosic) cède sa place au Comité chimie et matériaux, l'un des 11 comités de filières créés par les États Généraux de l'Industrie.

NOVEMBRE

Reach passe le premier cap

La première échéance concrète du règlement Reach s'effectue le 30 novembre avec l'enregistrement de 24 675 dossiers pour environ 4 300 substances. Si le chiffre est minoré par rapport aux prévisions, l'Echa et la Commission européenne s'enthousiasment de ce premier cap qualifié de succès. Pourtant, un flou certain subsiste sur plusieurs aspects, comme les substances réellement enregistrées.

 

Indorama n°1 mondial des résines PET

Le groupe thaïlandais reprend deux unités de polyéthylène téréphtalate (PET) et de résines de PET à Invista pour 420 M$. Indorama se hisse ainsi au rang de n°1 mondial des producteurs de résines PET et de n°1 de PET dans toutes les Amériques. Une usine chinoise pourrait aussi être reprise dès ce début d'année 2011.

DECEMBRE

BASF et Ineos créent Styrolution

Les géants allemand et britannique regroupent dans une coentreprise 50/50 l'ensemble de leurs activités styréniques. Styrolution s'impose d'emblée comme le leader mondial avec un chiffre d'affaires annuel de plus de 5 Mrds € et plus de 19 sites industriels dans le monde.

 

Arkema reprend les résines de Total

Pour un total de 550 M€, Arkema se lance dans la reprise des résines pour revêtements de Cray Valley et des acrylates de spécialités de Sartomer, auprès du groupe Total. Le chimiste français renforce encore un peu plus ses positions dans la filière acrylique, notamment après la reprise des émulsions de Dow en 2009, et muscle aussi son réseau industriel en Asie, notamment en Chine et en Inde.

%%HORSTEXTE:0%%

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Chimie

Nous vous recommandons

BASF augmente ses capacités d’esters synthétiques en Chine

BASF augmente ses capacités d’esters synthétiques en Chine

Le géant allemand de la chimie BASF a fait part de son intention d’augmenter ses capacités de production d’esters synthétiques pour lubrifiants sur son site de Jinshan, en Chine. Afin de faire face à la[…]

12/10/2020 | EstersChimie
BASF réaligne sa division Global Business Services

BASF réaligne sa division Global Business Services

Recyclage chimique : BASF investit dans Pyrum

Recyclage chimique : BASF investit dans Pyrum

Urée : BFI respecte son calendrier pour la construction de son usine

Urée : BFI respecte son calendrier pour la construction de son usine

Plus d'articles