Nous suivre Info chimie

Rosneft et Pertamina songent à un projet de 13 à 14 Mrds $ en Indonésie

Julien Cottineau

Sujets relatifs :

, ,
Rosneft et Pertamina songent à un projet de 13 à 14 Mrds $ en Indonésie

Pertamina

Le groupe énergétique russe s'est engagé avec son homologue indonésien pour étudier un gigantesque projet de raffinerie et de complexe pétrochimique intégré en Indonésie. Cette éventuelle coentreprise entre Rosneft et Pertamina pourrait injecter entre 13 et 14 Mrds $ pour ce faire.

La communication officielle n'a pas encore statué sur un chiffre précis. La presse indonésienne évoque un montant de 13,8 milliards de dollars (environ 12,4 Mrds €). Les médias internationaux prennent moins de risques et parlent dans l'ensemble d'une fourchette entre 13 et 14 Mrds $. Il s'agit de l'enveloppe globale des investissements que Rosneft et Pertamina pourraient engager dans un gigantesque projet de raffinage et de pétrochimie en Indonésie. Plus précisément à Tuban, dans la partie orientale de l'île de Java. Le groupe énergétique russe évoque des capacités de traitement de 15 millions de tonnes par an, et la construction d'un vaste craqueur catalytique et d'un complexe pétrochimique en aval. Des supertankers (VLCC) d'une capacité de 300 000 tonnes pourraient directement être accueillis sur le futur site.

 

État embryonnaire

 

Le projet n'en est pour l'heure qu'à l'état embryonnaire. Rosneft a indiqué que l'accord paraphé avec Pertamina se limite pour le moment à une étude de faisabilité. L'accord permet de constituer une coentreprise, laquelle mènera l'étude, et examinera le design de l'ingénierie de base et l'ingénierie d'avant-projet détaillé (contrat FEED), avant de donner un éventuel feu vert. Autre pan d'importance de l'accord, il permettrait à Pertamina de s'associer éventuellement à des projets pétroliers en Russie, aux côtés de Rosneft.

 

Mise en service en 2022

 

Selon la presse indonésienne, l'opérateur indonésien détiendrait 55 % de cette coentreprise, Rosneft 45 %. Le futur complexe de raffinage et de pétrochimie pourrait entrer en service en 2022. 45 % de la production concernerait de l'essence, 35 % du diesel, et 20 % des matières pétrochimiques. Tous ces volumes alimenteraient le marché local qui bénéficie d'une forte demande. Actuellement, l'Indonésie importerait la moitié de ses besoins annuels en pétrole. D'où l'importance et la volonté d'accroître directement sur son sol ses capacités de raffinage.

Pour Rosneft, l'aventure serait intéressante à plus d'un titre. Le groupe russe pourrait ainsi s'implanter sur un marché du sud-est asiatique qu'il qualifie de « prometteur » grâce à l'une des plus fortes croissances régionales (progression de 4,79 % du PIB en 2015), et positionné entre deux océans stratégiques pour les échanges mondiaux (Pacifique et Indien). Par ailleurs, Reuters note qu'avec ce projet, la Russie pourrait faire une première vraie incursion en Indonésie, où ses concurrents du Golfe sont déjà fortement positionnés.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Chimie

Nous vous recommandons

Recyclage : l’APHP veut traiter les masques anti-Covid-19

Recyclage : l’APHP veut traiter les masques anti-Covid-19

Les hôpitaux de l’AP-HP (assistance publique hôpitaux de Paris) Saint-Antoine, Necker-Enfants malades et Rothschild ont décidé de trouver une solution pour recycler les masques chirurgicaux. En effet,[…]

11/05/2021 | RecyclageActualités
Résultats : Un bon premier trimestre 2021 pour DSM

Résultats : Un bon premier trimestre 2021 pour DSM

Résultats : Arkema sur une bonne lancée pour son premier trimestre

Résultats : Arkema sur une bonne lancée pour son premier trimestre

Résultats : Solvay en baisse au premier trimestre

Résultats : Solvay en baisse au premier trimestre

Plus d'articles