Nous suivre Info chimie

Rumeurs sur la cession de Bostik

Julien Cottineau

Le géant français Total aurait mis en vente sa filiale de spécialités Bostik, a avancé le 9 septembre l’agence Reuters en citant des sources anonymes.

Le groupe ne « commente pas les rumeurs de cession-acquisition », a indiqué un porte-parole de Total. Précisant que le groupe « reçoit régulièrement des marques d’intérêts pour nos filiales de chimie de spécialité », et qu’il les « examine dans l’intérêt de l’entreprise et de ses salariés ». Les sources citées par Reuters estiment qu’une cession de Bostik pourrait rapporter au groupe jusqu’à deux milliards d’euros. Acquis par Total en 1990, Bostik est un spécialiste mondial des colles et des adhésifs pour l’industrie, la construction et le grand public. Cette filiale recense 49 sites de production et 14 centres de R&D dans le monde, emploie 4 800 personnes, et a généré un chiffre d'affaires de 1,6 Mrd € en 2013. Fondée sous le nom Boston Blacking Company aux Etats-Unis en 1889, avec comme spécialités premières les colorants et teintures pour l’industrie de la chaussure, Bostik a ainsi fêté cette année son 125e anniversaire.

Ces dernières années, les rumeurs sont légions concernant le désengagement de Total de ses activités chimiques, hors la partie pétrochimique de plus en plus intégrée aux opérations et sites de raffinage du groupe. Les filiales Bostik, Atotech (systèmes de production intégrés, de produits chimiques, d'équipements, d'expertise et de service pour le traitement de surfaces fonctionnel et décoratif, les semi-conducteurs et la fabrication des circuits imprimés) et Hutchinson (systèmes d’isolation, l'étanchéité, le transfert des fluides, la transmission et la mobilité), sont régulièrement citées comme susceptibles d’être cédées.

En parallèle, le groupe a bien cédé un certain nombre d’actifs chimiques ces dernières années. Cet été, Total a amorcé des discussions avec l’Italien Polynt pour une possible cession de sa filiale CCP Composites qui produit des résines polyester insaturé (UPR), des esters de vinyle, des gelcoats et des dérivés. L’an dernier Total a aussi finalisé sa sortie de la production d’engrais en cédant GPN à Borealis. En 2011, le groupe avait aussi cédé à Arkema – fondé lui-même en 2004 lors de la réorganisation de la Chimie de Total – des résines pour revêtements et des acrylates pour la photoréticulation.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Chimie

Nous vous recommandons

Chimie en France : Des résultats 2020 à la baisse, sauf pour l’emploi

Chimie en France : Des résultats 2020 à la baisse, sauf pour l’emploi

Avec près de 3 000 entreprises et plus de 168 000 salariés en France, la chimie a pu quasiment stabiliser ses effectifs totaux (production, recherche et sièges sociaux) en 2020. Et ce, malgré la crise[…]

25/06/2021 | PanoramaFrance-Chimie
Chimie mondiale : La Chine gagne du terrain sur l'Europe et les États-Unis

Chimie mondiale : La Chine gagne du terrain sur l'Europe et les États-Unis

[Édito] : Pari digital réussi pour le 18e Village de la Chimie

[Édito] : Pari digital réussi pour le 18e Village de la Chimie

France Relance : Douze chimistes portés par la 3e vague

France Relance : Douze chimistes portés par la 3e vague

Plus d'articles