Nous suivre Info chimie

Sadara a démarré son vapocraqueur à Jubail

Julien Cottineau

La coentreprise entre Saudi Aramco et Dow Chemical a mis en service le vapocraqueur de son complexe pétrochimique de Jubail, en Arabie Saoudite. Les 26 futures unités du site, qui vont démarrer successivement dans les prochains mois, permettront au royaume saoudien de diversifier ses productions chimiques.

L'annonce a été faite le 28 août : Sadara a démarré la pièce centrale de son gigantesque complexe pétrochimique à Jubail, en Arabie Saoudite. Le vapocraqueur « mixed-feed » est présenté comme unique et premier du genre au Moyen-Orient. Il dispose de douze fours. Sept seront alimentés en éthane et cinq en naphta. Toutefois, Sadara indique que trois des cinq fours craquant du naphta peuvent également être alimentés en éthane, améliorant encore la flexibilité du vapocraqueur. Saudi Aramco, qui détient 65 % de Sadara via sa filiale Performance Chemicals Holding Company, s'est engagé à fournir le complexe en naphta sur une période de 30 ans et d'éthane pour les 20 prochaines années. Le vapocraqueur est doté de capacités de 1,5 million de tonnes par an d'éthylène et de 400 000 t/an de propylène.
 

Comme Saudi Aramco, Dow aussi s'est félicité de ce démarrage. Le géant américain est impliqué à hauteur de 35 % via sa filiale Dow Saudi Arabia Holding, et croit fermement en ce projet qui a nécessité des investissements de près de 20 milliards de dollars. Dow souligne deux paramètres majeurs : l'accès direct, depuis Jubail, à des marchés stratégiques comme la région Asie-Pacifique, le Moyen-Orient, l'Afrique, l'Inde et l'Europe pour ces futures productions à coûts avantageux, et la diversification des productions que le complexe offrira à l'Arabie Saoudite. Selon Saudi Aramco, sur les 26 unités de production qui formeront l'ensemble, 14 sont totalement inédites dans le royaume. Notamment dans les domaines des plastiques à haute valeur ajoutée et des spécialités. Les marchés clés visés par ces futures productions, d'un total d'environ 3 Mt/an, sont l'emballage, la construction, l'électronique et les transports.

 

deux unités de polyéthylène. Fin 2015, avait été annoncée la mise en service de la toute première unité du complexe, pour la production de polyéthylène basse densité, qui peut produire du polyéthylène en solution, une première inédite en Arabie Saoudite. Sans donner de détails sur les volumes, Dow a indiqué que Sadara avait déjà pu produire 25 produits de grade différents depuis ces derniers mois, écoulés à une centaine de clients dans plus de 25 pays dans le monde.
 

Ces prochains mois, les démarrages se focaliseront d'abord sur les unités de polyéthylène et de polyoléfines pour « maximiser le cycle de l'éthylène », précise Dow, avant de concerner les unités d'oxyde d'éthylène et d'oxyde de propylène et leurs dérivés.

 

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Chimie

Nous vous recommandons

Polariseurs LCD : LG Chem conclut un accord avec Shanshan

Polariseurs LCD : LG Chem conclut un accord avec Shanshan

  Le groupe coréen LG Chem a annoncé la signature d’un contrat conditionnel avec la société chinoise Ningbo Shanshan. Cet accord porte sur la vente d’une partie de l’activité de[…]

Accident industriel : LG Polymers India sommé d’évacuer son stock de styrène

Accident industriel : LG Polymers India sommé d’évacuer son stock de styrène

Fuite de gaz sur le site de LG Polymers India

Fuite de gaz sur le site de LG Polymers India

Empreinte environnementale : Total vise la neutralité carbone pour 2050

Empreinte environnementale : Total vise la neutralité carbone pour 2050

Plus d'articles