Nous suivre Info chimie

Saudi Aramco vise l'Amérique

Julien Cottineau

Sujets relatifs :

, ,
Saudi Aramco vise l'Amérique

© Motiva / Saudi Aramco

La liste des grands projets pétrochimiques s'allonge aux États-Unis. Saudi Aramco réfléchit sérieusement à investir massivement sur le sol américain. Deux projets, d'un investissement global estimé à 6,6 milliards de dollars (près de 5,8 Mrds €), sont à l'étude. Le premier consiste à construire un vapocraqueur de taille mondiale, le second porte sur la construction d'un complexe d'aromatiques. C'est ce qu'a révélé la presse américaine, le 19 décembre, après la publication de demandes de candidatures, que nous avons pu consulter, pour ces deux projets auprès des autorités du Texas. Les demandes datent en réalité de la fin novembre. Elles émanent de Motiva Enterprises, raffineur entièrement contrôlé par Saudi Aramco depuis le printemps 2017. Il s'agirait du premier investissement de Motiva en pétrochimie, et du premier projet industriel pétrochimique de Saudi Aramco aux États-Unis. En avril dernier déjà, le sujet avait été abordé dans le cadre d'une visite officielle américaine du Prince héritier saoudien Mohammed Ben Salmane. À cette occasion, Motiva avait signé deux protocoles d'accord avec TechnipFMC et Honeywell UOP pour étudier de potentiels projets pétrochimiques sur le sol américain, évoquant des investissements de plusieurs milliards de dollars. Le protocole conclu avec TechnipFMC concernait la production d'éthylène à partir d'un vapocraqueur sur charges mixtes (mixed-feed), celui avec Honeywell UOP visait l'extraction d'aromatiques (CPH n°840).

Pour l'heure, le détail des projets n'est pas précis. Celui du vapocraqueur porte sur des capacités de taille mondiale. Ce qui, selon les standards actuels, se situe dans une fourchette de 1 à 1,5 million de tonnes par an d'éthylène. Motiva indique un début potentiel de construction au premier trimestre 2020 et une mise en service au quatrième trimestre 2022. L'investissement envisagé atteint 4,679 Mrds $ exactement. Pour le complexe d'aromatiques, il est là aussi question de capacités de taille mondiale, et les productions visées sont celles de benzène et de paraxylène. Le calendrier indiqué est presque similaire : deuxième trimestre 2020 pour le démarrage de la construction et fin 2022 pour la mise en service. Le montant de l'investissement envisagé est établi à 1,946 Mrd $. Selon le Houston Chronicle, les projets pourraient mener à la création de 255 emplois une fois les unités opérationnelles.

Pour le moment, rien n'est encore arrêté. Motiva ne devrait pas statuer définitivement avant la fin 2019. Et puis plusieurs sites dans le Golfe du Mexique, au Texas ou en Louisiane, sont à l'étude pour l'implantation des deux projets. De quoi faire jouer la concurrence et obtenir les meilleures conditions en termes d'incitations financières. Evidemment, le site de Port Arthur, où ont été déposés en premier lieu les dossiers d'application, part avec un avantage très net. Car c'est à Port Arthur que Motiva est basé. Sur place, l'entreprise dispose d'une raffinerie d'une capacité de 630 000 barils par jour, ce qui en ferait la plus grande raffinerie en activité en Amérique du Nord, assure Motiva. Le site recense plus de 1 500 employés, lesquels travaillent aussi aux opérations d'une des plus grandes usines américaines de lubrifiants. L'aventure Motiva a démarré en 1998 dans le cadre d'une association entre Texaco et Saudi Refining. Au gré des fusions et acquisitions dans le secteur pétrolier, Shell a récupéré les parts de Texaco avant de les céder à Saudi Aramco l'an dernier. Après avoir un temps envisagé d'investir dans l'extension des capacités de raffinage, Motiva a acté récemment vouloir privilégier un développement en pétrochimie. Le processus semble désormais bien enclenché.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Chimie

Nous vous recommandons

Sinopec dans un projet de 9 Mrds $ en Chine

Sinopec dans un projet de 9 Mrds $ en Chine

À travers sa filiale Hainan Petrochemical, le géant chinois Sinopec viendrait de se lancer dans un projet colossal en Chine, rapporte Chemical Week. Le projet se compose de deux volets et nécessiterait un investissement de[…]

14/01/2019 | ChinePétrochimie
Quatrième unité opérationnelle pour Shell à Geismar

Quatrième unité opérationnelle pour Shell à Geismar

Sabic s'associe à SLM pour un complexe de méthanol en Louisiane

Sabic s'associe à SLM pour un complexe de méthanol en Louisiane

Borouge construit une cinquième unité de polypropylène à Ruwais

Borouge construit une cinquième unité de polypropylène à Ruwais

Plus d'articles