Nous suivre Info chimie

Shell et BP en retrait, pas ExxonMobil

J.C.

Sujets relatifs :

, ,

Face à la baisse du prix du brut, les grands pétroliers mondiaux évoquent tous des contractions notables de leurs futurs investissements. Ceux impliqués en aval dans la pétrochimie évoquent souvent, aussi, une année 2014 difficile.

Shell, qui va réduire drastiquement ses investissements notamment dans l'amont, fait état de volumes de ventes en retrait de 12 % sur un an pour ses productions chimiques. Le groupe évoque principalement les arrêts non-planifiés en fin d'année sur son gigantesque complexe de Moerdijk, aux Pays-Bas. De fait les volumes de ventes ont flanché de 12 % entre les 4e trimestres 2013 et 2014. Période à laquelle le taux d'utilisation des capacités s'est également effondré de 91 % à 65 % en un an. Sur l'ensemble de l'année, le taux d'utilisation des capacités de Shell Chemicals s'est contracté à 85 %, contre 92 % en 2013. Les seuls chiffres financiers dévoilés pour le segment Chimie concernent les bénéfices. Lesquels sont passés de 1,84 milliard de dollars en 2013 à 1,42 Mrd $ en 2014. La chute est surtout spectaculaire au quatrième trimestre avec seulement 98 M$ contre 350 M$ au dernier trimestre 2013.


BP, centré de son côté principalement sur l'acide téréphtalique purifié et l'acide acétique, ne détaille pas ses chiffres. Il évoque un environnement difficile avec une faiblesse continue des marges, principalement dans les aromatiques en Asie, et a également indiqué avoir été pénalisé par des arrêts non-prévus de certaines unités. Si le groupe table sur une reprise des marges pétrochimiques en 2015, il dit avoir engagé un plan de restructuration pour améliorer ses bénéfices. Les capacités vieillissantes en Asie et États-Unis sont principalement ciblées pour d'éventuelles fermetures (un projet est en cours à Taïwan pour sa filiale Capco) ou cessions. BP compte aussi appliquer ses meilleurs procédés dans des unités. Enfin il souhaite accélérer ses ventes de licences technologiques.

 

ExxonMobil satisfait
 

Le géant pétrochimique américain a de son côté plus le sourire. Les bénéfices de l'activité Chimie d'ExxonMobil sont passés de 3,83 Mrds $ à 4,31 Mrds $ entre 2013 et 2014, grâce notamment aux bénéfices hors États-Unis, qui ont bondi de 41 % (à 1,51 Mrd $). Aux États-Unis ils n'ont progressé que d'à peine 2 %, à 2,8 Mrds $. Ses bénéfices sont essentiellement dus à des marges plus juteuses. Car en termes de volumes de ventes, ils sont passés seulement de 24,06 à 24,23 millions de tonnes dans le monde en un an. Avec une progression plus notable aux États-Unis (de 14,38 à 14,7 Mt). Enfin, ExxonMobil note que ses dépenses d'investissements ont presque doublé en un an pour ses activités chimiques. De 1,83 Mrd $, elles ont atteint 2,74 Mrds $ dans le monde. Là, les États-Unis sont clairement plus bénéficiaires que le reste du monde, les dépenses étant passées en un an de 963 M$ à 1,69 Mrd $. Ce qui n'est pas très étonnant avec les projets en cours du groupe sur le territoire américain.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Chimie

Nous vous recommandons

Polariseurs LCD : LG Chem conclut un accord avec Shanshan

Polariseurs LCD : LG Chem conclut un accord avec Shanshan

  Le groupe coréen LG Chem a annoncé la signature d’un contrat conditionnel avec la société chinoise Ningbo Shanshan. Cet accord porte sur la vente d’une partie de l’activité de[…]

Accident industriel : LG Polymers India sommé d’évacuer son stock de styrène

Accident industriel : LG Polymers India sommé d’évacuer son stock de styrène

Fuite de gaz sur le site de LG Polymers India

Fuite de gaz sur le site de LG Polymers India

Empreinte environnementale : Total vise la neutralité carbone pour 2050

Empreinte environnementale : Total vise la neutralité carbone pour 2050

Plus d'articles