Nous suivre Info chimie

Siemens s'attaque au marché français

Aurélie Dureuil
Siemens s'attaque au marché français

Siemens vise 20 % de part de marché industriel du traitement de l'eau en 2013.

© © Siemens

Le groupe allemand affiche l'ambition de se déployer sur le marché français du traitement de l'eau de process, profitant de l'acquisition en 2005 de USFilter.

Le groupe qui développe notamment des solutions d'automatisation industrielle diversifie son portefeuille de produits pour l'industrie en France, en s'engageant sur le marché du traitement de l'eau de process. Siemens s'appuie sur l'expertise de l'Américain USFilter. Acquis en 2005, ce groupe rassemblait plus de 300 sociétés autour de la thématique du traitement de l'eau. Aujourd'hui, Siemens entend se développer en France, « le deuxième marché d'Europe avec un chiffre d'affaires d'environ 150 millions d'euros », indique Olivier Van Aerde, directeur Europe de Siemens Industry « Water technologies high purity solutions ». L'objectif du groupe est d'atteindre une part de marché de 20 %, soit un chiffre d'affaires de 30 M€ à l'horizon 2013. « Si on arrive sur ce marché, on veut devenir n°1 ou n°2 », annonce le directeur Europe pour ce secteur. Ce développement passera par de la croissance interne mais également externe. En 2013, cette activité devrait compter entre 50 et 100 personnes. Concernant de futures acquisitions, Olivier Van Aerde se refuse à donner des précisions.

Le groupe a identifié cinq marchés prioritaires : la chimie et pétrochimie, la pharmacie, l'électricité, les boissons et l'agroalimentaire, et les semi-conducteurs et l'énergie solaire. « Nous introduisons sur ces marchés des produits phares qui nous différencient », souligne Olivier Van Aerde. Siemens proposera, entre autres, des membranes de filtration, des systèmes d'électrodéionisation, et des solutions de recyclage avant rejet des eaux de process. Afin de se positionner sur le marché français, le groupe mise sur « quatre axes stratégiques ». Le premier repose sur l'innovation. Michel Milerioux, directeur Industry solutions en France rappelle que Siemens a investi 5,1 % de son chiffre d'affaires (76,65 Mrds €) soit 3,9 Mrds € en 2009 pour sa R&D. Olivier Van Aerde résume le deuxième axe stratégique : « Nous aidons nos clients à gérer leurs ressources en eau de la manière la plus efficace et la plus rentable ». Le groupe entend également se distinguer de ses concurrents grâce à « un portefeuille varié et une présence mondiale » avec « la plus large gamme de services et de traitements de l'eau au monde », selon O. Van Aerde. Enfin, la stratégie de Siemens s'appuie sur « des solutions durables ». Le groupe entend également bénéficier de sa présence dans l'Hexagone et notamment chez les industriels pour leur présenter cette nouvelle activité. En France, Siemens compte plus de 8 000 salariés, répartis dans neuf centres de R&D, sept unités de production et une trentaine de sites régionaux. La filiale française a réalisé un chiffre d'affaires de 2,67 Mrds € pour l'exercice clos au 30 septembre 2009. Un chiffre d'affaires que le groupe prévoit de doubler pour atteindre 5 Mrds € en 2015, indique Michel Milerioux.


Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Chimie

Nous vous recommandons

Mixel équipe un complexe russe

Mixel équipe un complexe russe

Le fabricant lyonnais d'agitateurs a remporté un contrat d'équipement pour le projet de complexe de polychlorure de vinyle (PVC) de Rusvinyl à Kstovo, au sud-est de Moscou. L'ouverture du site est prévue pour 2015, selon Mixel. Le fabricant[…]

Processium ouvre un laboratoire analytique

Processium ouvre un laboratoire analytique

Sabic et Lummus s'associent

Sabic et Lummus s'associent

DuPont achète MECS

DuPont achète MECS

Plus d'articles