Nous suivre Info chimie

Siemens transforme Chalampé en usine du futur

À Chalampé, Dinhill On

Sujets relatifs :

, ,

Le conglomérat allemand a fait un point d'étape sur le projet MIRe initié sur le site de Solvay et Butachimie à Chalampé. Ce programme vise à moderniser la production de l'usine et à l'inscrire durablement dans la tendance de l'usine du futur.

Un projet structurant avec un potentiel d'innovation à long terme. C'est en ces termes que Savino Leone, directeur du site de Solvay de Chalampé (Haut-Rhin), définit le programme de modernisation des installations initié en 2011 en collaboration avec le groupe allemand Siemens. Dénommé MIRe (pour Migration RS3 étendue), ce projet d'un budget de 30 millions d'euros sur 12 ans vise à remplacer le système obsolète de contrôle commande des lignes de production de sels de nylon chez Solvay et d'intermédiaires du polyamide 6.6 chez Butachimie. « Le site de Chalampé représentait en 2010 près de 40 % de la production mondiale de polyamide 6.6 », indique Benjamin Cognet, Business account manager chez Siemens, en charge des projets auprès de Solvay. En outre le site de 127 hectares fonctionne 24 heures sur 24, 7 jours sur 7 et 365 jours par an. De ce fait, Siemens a dû relever un défi de taille : mener la transformation du site tout en maintenant le niveau de production. « Le challenge de la migration vers la solution Simatic PCS 7 était d'autant plus important qu'il faut la mener durant les arrêts des installations de production, qui ont lieu une fois tous les trois ans », précise Benjamin Cognet. Concrètement, le projet MIRe consiste à changer à la fois les consoles et les contrôleurs des unités de production pour des équipements plus modernes. « Étant donné la contrainte proposée, Siemens a décidé d'installer une conduite mixte, en faisant cohabiter les consoles Siemens sur les anciens contrôleurs RS3 d'Emerson/Rosemount, en attendant de basculer le système en totalité vers Simatic PCS 7 », explique Benjamin Cognet (Siemens). Avant d'ajouter : « Pour cette opération, Siemens s'est associé à Actemium qui a apporté ses compétences dans la configuration des systèmes ».

 

Recourir au virtuel pour la mise en oeuvre

 

Pour éviter tout éventuel problème lié au système de conduite de procédés Simatic PCS 7, le groupe allemand va recourir à son logiciel de simulation numérique Simit. Cette solution vise à modéliser « un jumeau virtuel » des ateliers de production qui est capable de reproduire leur comportement dynamique. « Il sera possible d'effectuer des tests virtuels du système de contrôle commande et même d'assurer la formation des opérateurs par immersion virtuelle, et ainsi de basculer sans risque vers l'installation réelle », indique Benjamin Cognet. En outre, cette démarche évite le recours aux tests à 100 % des procédés, qui se révèlent souvent coûteux. « L'utilisation d'outils logiciels permet de connaître le résultat d'un projet avant même d'en avoir construit la moindre partie », explique Vincent Masztalerz, directeur de l'unité opérationnelle Process Automation de Siemens. Pour ce qui est du comportement dynamique, Siemens va s'appuyer sur un échange fluide et continu des données opérationnelles. « Notre plateforme logicielle de gestion Comos va aider à constituer un "data pool" regroupant toutes les données liées au procédé provenant de toutes les disciplines : robinetterie, électricité, etc. Cela permettra ainsi de favoriser le travail en parallèle, et de répercuter un changement plus rapidement », détaille Vincent Masztalerz. À l'heure actuelle, 12 vagues de basculement (sur 21 prévues) ont été conduites, dont quatre en conduite mixte et huit entièrement en Simatic PCS 7. Parmi les installations qui ont initié la migration vers le nouveau système, il y a l'atelier de production d'acide adipique chez Solvay. « Nous sommes passés entièrement en Simatic PCS 7 pour les opérations de purification de l'acide adipique, l'année dernière. Lors du redémarrage en octobre 2014, nous avons connu zéro jour de retard de production, zéro incident de sécurité, zéro non-conformité et zéro incident environnemental », raconte Nicolas Vansante, responsable de la plateforme Adipiques de Solvay Chalampé.

 

Un accompagnement sur le long terme

 

Outre l'installation de Simatic PCS 7 sur le site, Siemens s'est engagé à assurer la maintenance et l'assistance technique de l'outil de pilotage sur la plateforme opérée par Solvay et Butachimie jusqu'en 2035. « Étant donné la spécificité de notre site de production, nous recherchions un partenariat sur le long terme », indique Carl Patois, gérant de Butachimie. Avant de poursuivre : « Ce projet nous permet non seulement de nous ouvrir le champ des possibles tout en gagnant en fiabilité ». Un avis partagé par Savino Leone (Solvay) : « Le projet n'en est qu'à mi-chemin, mais on peut d'ores et déjà dire qu'il s'agit d'un succès ». Le programme MIRe permet d'inscrire le site chimique de Chalampé dans la tendance de l'usine du futur. « La digitalisation devient le principal levier des industriels pour relever les défis de la concurrence et de l'évolution rapide des réglementations, des marchés et des technologies », soutient Vincent Masztalerz (Siemens). Pour le conglomérat allemand, la quatrième révolution industrielle est celle des systèmes cyber-physiques, comme en témoigne son simulateur de réalité virtuelle « Walkinside », élaboré à partir des données de son logiciel Comos. « À ce jour, le jumeau virtuel est surtout utilisé dans le cadre de la formation des opérateurs. L'objectif est de le faire évoluer dans une logique de maintenance opérationnelle », soutient Vincent Jauneau, vice-président de Siemens France.

LE PROJET MIRE EN BREF

30 M€ DE BUDGET SUR 12 ANS 50 Locaux techniques à réaménager 3 900 SYNOPTIQUES À TRADUIRE EN LANGAGE SIEMENS 34 000 Entrées/sorties à recâbler 90 CONSOLES DE CONDUITE À REMPLACER

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Chimie

Nous vous recommandons

Protections contre les polluants atmosphériques

Protections contre les polluants atmosphériques

La société Moldex a mis au point les masques AirPlus ProValve FFP2 R D et FFP3 R D. Ses protections sont destinées aux personnes en rapport avec des polluants atmosphériques tels que les particules fines, provenant de[…]

Étiquette non adhésive pour transpalette

Étiquette non adhésive pour transpalette

Un système de détection de piéton

Un système de détection de piéton

Une solution de levage et de manutention pour charges complexes

Une solution de levage et de manutention pour charges complexes

Plus d'articles