Nous suivre Info chimie

Solvay cède ses polyamides à BASF

Julien Cottineau

Sujets relatifs :

, ,

C'était attendu. Depuis quelques années, voir Solvay sortir des polyamides était une option envisagée (CPH n°744). Le processus est désormais enclenché. Le groupe belge a annoncé, le 19 septembre, un accord de vente avec BASF, ce que le géant allemand a confirmé simultanément. L'opération se chiffre à une valeur d'entreprise de 1,6 milliard d'euros, pour une activité qui a généré, l'an dernier, un chiffre d'affaires de 1,31 Mrd €. Cela représente un multiple de huit fois l'Ebitda 2016 de l'activité. Soit une « très belle valorisation », selon Jean-Pierre Clamadieu. Avec cette opération, le patron de Solvay évoque un « point final à un ensemble de projets qui visaient à restructurer notre portefeuille d'activité, que nous avons engagé il y a quatre ans, après la fusion entre Rhodia et Solvay ». Si d'autres opérations de grande envergure surviendront à l'avenir, mais pas à court terme, cette cession marque la fin d'un cycle pour le groupe belge.
 

« Une valeur d'entreprise de 1,6 Mrd € »
 

Au total, Jean-Pierre Clamadieu a comptabilisé une quarantaine d'opérations d'acquisitions et de cessions, ces dernières années. Côté achat, deux transactions ont marqué les esprits. La reprise de l'Américain Chemlogics, spécialiste des spécialités et formulations pour le pétrole et gaz pour 1,3 Mrd $ (CPH n°650), et surtout l'acquisition d'un autre américain, Cytec, pour une valeur d'entreprise de 6,4 Mrds $ en 2015, qui a permis de propulser Solvay en un géant des composites pour l'aéronautique (CPH n°728). Sur le front des cessions, on retiendra principalement la sortie des chlorovinyliques, entérinée l'an dernier, quand Ineos s'est retrouvé seul à la tête d'Inovyn (CPH n°767). Ainsi que la cession au fonds Blackstone d'Acetow, géant mondial des câbles d'acétate de cellulose, fin 2016 (CPH n°784). Et désormais la sortie des polyamides. « Notre objectif était de construire une position forte dans les matériaux de pointe et une autre dans la chimie de formulation, et de conserver deux actifs générateurs de cash : le carbonate de soude et les peroxydes », se félicite Jean-Pierre Clamadieu.
 

La transaction avec BASF devrait être finalisée au troisième trimestre 2018. L'activité cédée englobe toute la partie amont des sels de nylon (acide adipique, adiponitrile, hexaméthylène diamine (HMD)) et la partie avale avec les plastiques et fils techniques à base de polyamide. Les ventes de l'activité se concentrent essentiellement en Europe (50 %), en Asie et reste du monde (40 %), loin devant la zone Amériques (10 %). Au total, 2 400 salariés changeront d'employeur, dont 1 300 en France, premier pays concerné. 12 sites de production changeront de pavillon. À commencer par celui de Chalampé, dans le Haut-Rhin, qui héberge la coentreprise Butachimie avec Invista. Le groupe américain n'a d'ailleurs pas manqué de saluer l'arrivée de BASF au sein de Butachimie. En France seront aussi concernés les sites de Saint-Fons (Rhône) et de Valence. Les autres sites sont implantés en Espagne, en Allemagne, en Pologne, au Brésil, en Inde, en Chine et en Corée du Sud. Solvay conservera toutefois deux sites au Brésil, un pour les textiles polyamides et un autre dans les intermédiaires qui est actuellement trop intégré dans son complexe de Paulínia.
 

Le géant allemand se réjouit de renforcer ses capacités de polymérisation et de muscler sa présence sur les marchés asiatiques et sud-américains. En englobant le n° 3 mondial du polyamide 6.6, BASF va compléter ses gammes de polyamide et devenir un producteur totalement intégré. Un club assez fermé, le marché étant beaucoup moins concentré dans l'aval. Il manquait notamment à BASF la partie adiponitrile pour disposer de tous les intermédiaires dans la chaîne de valeur. Le puzzle sera bientôt complet.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Chimie

Nous vous recommandons

Monsanto se fond dans Bayer

Monsanto se fond dans Bayer

La page se tourne. Le géant allemand a annoncé, le 7 juin, la finalisation de l'opération Monsanto. Pour environ 63 milliards de dollars, Bayer devient l'actionnaire unique du mastodonte américain des[…]

11/06/2018 | Bayer CropScienceBayer
Reach est loin d’être fini

Reach est loin d’être fini

Arkema, le meilleur allié des femmes

Arkema, le meilleur allié des femmes

IFF s'empare de Frutarom pour 7,1 Mrds $

IFF s'empare de Frutarom pour 7,1 Mrds $

Plus d'articles