Nous suivre Info chimie

Solvay cèdera des actifs pour Cytec

Julien Cottineau

Sujets relatifs :

, ,

Feu vert, mais sous conditions. Le chimiste belge pourra acquérir Cytec, s'il cède ses activités d'extraction par solvant à base de phosphore. Une technique utilisée pour séparer le cobalt du nickel, principalement dans l'industrie minière et le raffinage. C'est ce qu'a annoncé la Commission européenne à l'issue de l'examen de l'acquisition par Solvay du groupe américain, qui compte parmi les leaders mondiaux des matériaux composites pour l'aéronautique. Désireux de mener à bien cette opération de plus de 5 milliards de dollars (4,6 Mrds €), Solvay a répondu favorablement aux exigences européennes.
 

« Solvay a lancé son augmentation de capital de 1,5 Mrd € »
 

Le groupe belge a ainsi proposé de céder sa marque Ionquest et tous les droits de propriété intellectuelle de son produit Ionquest 290, de « procéder à un transfert de technologie et de fournir une assistance pour la chaîne de production actuelle d'Ionquest 290, de transférer tous les contrats clients, l'historique des achats et les informations y afférentes depuis l'entrée d'Ionquest 290 sur le marché, et de conclure un accord temporaire de sous-traitance pour fournir le produit Ionquest 290 jusqu'à ce que l'acheteur ait mis en place sa propre chaîne de production », rapporte la Commission.
 

Cette demande résulte de l'enquête européenne sur l'opération Cytec-Solvay au regard du règlement de l'Union européenne sur les concentrations. La Commission estime que les activités des deux entreprises sont « largement complémentaires », et qu'elles ne se chevauchent pas non plus sur la même chaîne d'approvisionnement. Sauf dans le domaine de ces agents d'extraction par solvant à base de phosphore, où la Commission a décelé que Solvay disposait de l'Ionquest 290 et Cytec du Cyanex 272. Elle juge ainsi que « l'opération de concentration entraînerait l'élimination d'un concurrent de poids sur le marché des agents d'extraction par solvant à base de phosphore. À l'échelle internationale, très peu de solutions de rechange s'offriraient aux clients présents dans le secteur du raffinage, car les concurrents existants sont de taille réduite et leurs produits ne sont pas aussi réputés que ceux de Solvay et de Cytec. Cette situation pourrait à terme entraîner des hausses de prix sur ce marché ».
 

En parallèle de la demande européenne, Solvay vient de lancer, comme prévu, une augmentation de capital pour aider au financement de cette gigantesque acquisition. La période de souscription avec droits de préférence devait s'ouvrir le 4 décembre, et doit se prolonger jusqu'au 15 décembre. Pour tenter de lever 1,5 Mrd €, Solvay propose ainsi une « offre de 21 175 283 actions nouvelles à un prix de souscription de 70,83 euros par action nouvelle, avec droit de préférence pour les actionnaires existants au ratio d'1 action nouvelle pour 4 droits de préférence, chaque actionnaire existant se voyant accorder un droit de préférence par action existante détenue », détaille le groupe. Les résultats de l'offre devraient être communiqués aux environs du 17 décembre. Comme envisagé l'été dernier dès l'annonce de l'offre sur Cytec, le capital de Solvay ne devrait pas être profondément chamboulé. Solvac restera son actionnaire principal et devrait se maintenir au même niveau qu'actuellement puisqu'il s'est « engagé à exercer pleinement ses droits de préférence et à souscrire au nombre correspondant d'actions nouvelles, maintenant ainsi sa participation actuelle de 30,20 % dans le capital », précise enfin Solvay. Approuvée par l'ensemble des actionnaires, l'acquisition de Cytec pourrait se finaliser au 9 décembre.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Chimie

Nous vous recommandons

Edito : La chimie allemande au pied du mur

Edito : La chimie allemande au pied du mur

L’année 2019 restera marquée par un environnement économique mondial difficile. Cela pour au moins deux raisons : les différends commerciaux entre la Chine et les États-Unis, qui ont ralenti les[…]

06/12/2019 | ConjonctureEdito Hebdo
Edito : Quand l'accident Lubrizol entrave le « produire en France »...

Edito : Quand l'accident Lubrizol entrave le « produire en France »...

Edito : Un Grand Chaptal pour Thierry Le Hénaff

Edito : Un Grand Chaptal pour Thierry Le Hénaff

Edito : Croissance, cash et rendement

Edito : Croissance, cash et rendement

Plus d'articles