Nous suivre Info chimie

abonné

[Édito] : Souvenirs du 21 septembre 2001

Sylvie Latieule
[Édito] : Souvenirs du 21 septembre 2001

© © AZF

Et l’on commémore déjà les vingt ans de la catastrophe d’AZF. Il était 10h17 à Toulouse, le 21 septembre 2001, lorsqu’un stockage de 300 tonnes de nitrate d'ammonium a explosé dans le hangar 221 de l’usine de Grande Paroisse, filiale d’Atofina, appartenant au groupe Total. L’explosion, entendue sur 80 km à la ronde, a fait 31 morts et des milliers de blessés. Dix jours après le traumatisme du 11 septembre, l’hypothèse terroriste a tout de suite été évoquée. Mais le symbole ne collait pas. Quel lien entre les tours jumelles, emblème de la puissance américaine et de la ville de New York, et une usine d’engrais dans une ville française sans « trop » d’histoires ? La thèse de l’accident industriel s’est alors imposée. D’autant plus facilement que le nitrate d’ammonium avait déjà une accidentologie longue comme le bras : en 1904 à Tessenderlo (Belgique), en 1921 à Oppau (Allemagne), en 1947 à Brest, en 1962 à Saint-Marcel-d’Ardèche… L’explosion de Beyrouth au Liban, avec ses 170 morts, a confirmé, en 2020, la dangerosité potentielle du produit (si l’on n’y prend garde !).

En revanche, c’est autour de l’origine de l’explosion que la communauté scientifique s’est longtemps écharpée. Un stock de nitrate d’ammonium, même dans une usine qualifiée de « mal tenue », n’explose pas sans amorçage. C’est alors que des accusations ont été portées sur l’usine d’à côté, la SNPE. Celle-ci produisait déjà du carburant pour fusée. Elle avait aussi des activités de chimie fine et produisait du phosgène. Une production assez rare en Europe, qui avait pu être mise en sécurité le jour J pour ne jamais redémarrer. Pointant du doigt la SNPE, certains ont accusé l’usine d’avoir été à l’origine d’un arc électrique provoqué par un court-circuit ou d’avoir dissimulé d’anciens stocks de nitrocellulose. Finalement, sur la base de prélèvements effectués sur le terrain peu après[…]

Pour lire la totalité de cet article, ABONNEZ-VOUS

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

Nous vous recommandons

L’incendie de Lubrizol, un terreau pour l’évolution de la réglementation ICPE ?

Tribune

L’incendie de Lubrizol, un terreau pour l’évolution de la réglementation ICPE ?

L'incendie de Lubrizol a révélé des failles dans la réglementation ICPE. Si l'action judiciaire n'est pas terminée, les conséquences réglementaires commencent à se dessiner.[…]

10/09/2021 | SécuritéRéglementation
La nomenclature ICPE en train de prendre l’eau ?

Tribune

La nomenclature ICPE en train de prendre l’eau ?

Le plastique recyclé de Skytech autorisé pour le contact alimentaire

Le plastique recyclé de Skytech autorisé pour le contact alimentaire

Afinege - « Un changement de culture de sécurité est un processus long »

Entretien

Afinege - « Un changement de culture de sécurité est un processus long »

Plus d'articles