Nous suivre Info chimie

Stabilité des volumes, mais baisse des ventes sur le marché français des engrais

J.C.

Sujets relatifs :

, ,
Stabilité des volumes, mais baisse des ventes sur le marché français des engrais

Le bilan de la campagne 2013-2014 dressé par l'Union des industries de la fertilisation (Unifa) indique des volumes stables mais un chiffre d'affaires en retrait.

En 2013, les 52 adhérents de l'Unifa ont publié des ventes d'un total de 2,77 milliards d'euros, soit un recul de 8 % sur un an. Les effectifs ont légèrement augmenté à 4 162 emplois directs (+2,8 % sur un an) et 12 000 indirects. L'Unifa note une stabilité des tonnages de fertilisants livrés, à 12,5 millions de tonnes, pour la campagne 2013-2014. Un chiffre qui se décompose en 9,5 Mt d'engrais (+0,5 % par rapport à la campagne 2012-2013) et 3 Mt d'amendements minéraux basiques (+1,2 %). Il existe toutefois de fortes disparités entre éléments nutritifs. Par rapport à la moyenne des trois dernières campagnes, l'Unifa note que seuls les volumes d'azote, soit les plus importants avec 2,21 Mt pour la campagne 2013-2014, affichent une croissance. En l'occurrence de 1,8 %. Si le soufre (540 000 t, -3,3 %), le phosphore (472 000 t, -1 %) et les correcteurs d'acidité de sols (1,53 Mt, -0,7 %), sont relativement stables, les volumes de potassium et de magnésium ont fortement reculé lors de la dernière campagne : -10 %, à 480 000 t pour le premier, et -11 %, à 137 000 t pour le second. Un bilan qui s'inscrit dans le contexte délicat du marché actuel en France et en Europe, pénalisé entre autres par un coût du gaz naturel élevé et par le système des quotas de CO2 (ETS) tandis que l'Amérique dopée aux gaz de schiste réduit ses importations et devient exportatrice de solutions azotées. L'Unifa souhaite une harmonisation de la réglementation européenne pour toutes les familles de fertilisants. Avec l'objectif de favoriser recherche, innovation et économie circulaire, les industriels du secteur formulent plusieurs propositions pour cette harmonisation. Il faut, propose l'Unifa, « élargir le périmètre aux six catégories de produits présentes dans la définition Unifa des matières fertilisantes ; intégrer des critères d'innocuité sans se superposer aux autres réglementations européennes (Reach, CLP...) ; maintenir des dénominations de type afin de pouvoir respecter d'autres réglementations (directive Seveso, transport de matières dangereuses) ; informer correctement les agriculteurs utilisateurs avec un étiquetage cadré ».

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Chimie

Nous vous recommandons

Lancement du quatrième Plan national Santé-Environnement

Lancement du quatrième Plan national Santé-Environnement

Le 7 mai 2021, Barbara Pompili, ministre de la Transition écologique, et Olivier Véran, ministre des Solidarités et de la Santé ont officiellement lancé le quatrième Plan national[…]

Green Deal : Epoxy Europe rejoint le Cefic

Green Deal : Epoxy Europe rejoint le Cefic

Solvay conclut un accord pour l'achat de certificats d'énergie renouvelable

Solvay conclut un accord pour l'achat de certificats d'énergie renouvelable

Perturbateurs endocriniens : L’Anses veut accélérer les évaluations

Perturbateurs endocriniens : L’Anses veut accélérer les évaluations

Plus d'articles