Nous suivre Info chimie

Syngenta continue de rejeter les avances de Monsanto

Julien Cottineau

Sujets relatifs :

, ,
Syngenta continue de rejeter les avances de Monsanto

À la réception d'une seconde lettre, le groupe suisse a réitéré son opposition à une fusion avec le groupe américain. Syngenta continue de juger l'offre sous-évaluée et bien trop risquée. Monsanto semble toujours confiant, mais n'avait pas relevé son offre, l'assortissant simplement d'une indemnité de 2 Mrds $ en cas de non finalisation de l'opération.

La guerre pour Syngenta n'en est encore peut-être qu'aux prémices. Un mois après l'annonce publique de l'offre de Monsanto, le groupe américain a renouvelé son approche. Mais a essuyé un refus similaire, et plutôt catégorique, du groupe suisse. La seconde proposition de Monsanto n'a, certes, pas été révolutionnaire. L'offre est maintenue à 449 francs suisses par action, ce qui représente un montant potentiel d'environ 40 milliards d'euros. Le géant américain note que cela compte pour un premium de 43 % par rapport au cours de l'action avant fin avril et la première annonce (314 CHF). Après avoir fait un bond le 8 mai suite à l'annonce de l'offre jusqu'aux alentours de 400 CHF, l'action Syngenta a progressé jusqu'à 423 CHF avant de redescendre doucement autour de cette frontière de 400 CHF (401,7 CHF le 10 juin). Ce qui laisse encore de la marge pour soutenir l'offre de Monsanto, même si les analystes continuent d'évoquer un prix de 500 CHF pour vraiment séduire Syngenta.

La vraie nouveauté dans la seconde offre de Monsanto réside dans l'ajout d'une indemnité de rupture inverse, laquelle serait versée par le groupe américain à son concurrent suisse si la fusion ne pouvait aboutir en raison du défaut d'obtention de toutes les autorisations réglementaires. Cette clause marque la confiance de Monsanto dans le succès de l'opération, assure le groupe américain. Lequel estime pouvoir apporter les solutions adéquates pour régler tous les écueils probables en termes de risques de situations de monopole. Sur ce sujet, la réponse de Syngenta a été plutôt cinglante. L'indemnité de 2 Mrds $ est perçue comme « dérisoire » face aux risques qu'une fusion non aboutie ferait peser sur le groupe suisse et ses actionnaires. Or la direction de Syngenta se dit de plus en plus convaincue que les risques réglementaires d'une fusion sont bien réels et qu'en dépit de trois rendez-vous tenus entre les deux parties, Monsanto « continue de faire abstraction de ces risques transactionnels fondamentaux ». Cette « seconde lettre représente le même prix insuffisant, les mêmes mesures réglementaires insuffisantes, les mêmes risques réglementaires et les mêmes problèmes », indique le Suisse. Qui a réitéré ainsi un non ferme.

 

Des offres concurrentes à venir ?
 

Au regard des positions actuelles, tout semble donc possible. Un abandon pur et simple de cette proposition par Monsanto n'est pas à exclure, même si le groupe américain semble peu enclin à laisser tomber. Il évoque des moyens considérables déjà employés pour soutenir cette proposition et se dit sûr de pouvoir débloquer la situation. La possibilité d'une offre relevée est aussi probable. Surtout si d'autres acquéreurs potentiels agitent les débats. Les rumeurs d'une contre-offre de BASF, notamment, se poursuivent. La potentielle acquisition de Syngenta pourrait donc constituer rapidement un véritable feuilleton.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Chimie

Nous vous recommandons

Composites PEKK : Arkema et Hexcel ouvrent un laboratoire commun aux Avenières

Composites PEKK : Arkema et Hexcel ouvrent un laboratoire commun aux Avenières

Les sociétés Arkema et Hexcel s'apprêtent à ouvrir un laboratoire commun de recherche et développement aux Avenières (Isère) en avril prochain. Cette annonce fait suite à celle de mars[…]

18/03/2019 | SpécialitésMatériaux
Aromatiques biosourcés : Anellotech, Axens et IFPEN purifieront encore plus

Aromatiques biosourcés : Anellotech, Axens et IFPEN purifieront encore plus

Nouryon augmente sa production en Suède

Nouryon augmente sa production en Suède

BASF développe son centre de Shanghai

BASF développe son centre de Shanghai

Plus d'articles