Nous suivre Info chimie

Total continue de se renforcer en Asie

Julien Cottineau

Le Français a inauguré mi-novembre de vastes extensions en Asie. Après un investissement de 2 Mrds $, la coentreprise Samsung Total Petrochemicals dispose d'une seconde unité d'aromatiques en Corée du Sud. En Chine, Total complète son réseau de polystyrène avec un second site de production.

La division Raffinage-Chimie du géant français poursuit le développement de ses grandes plateformes. Après avoir inauguré en début d'année le complexe raffinage-pétrochimie de Satorp, sa coentreprise avec Saudi Aramco en Arabie Saoudite, Total a inauguré le 11 novembre dernier les vastes extensions du complexe pétrochimique de Daesan, en Corée du Sud, qui compte parmi ses six grandes plateformes intégrées dans le monde. Dans le cadre de sa coentreprise à parts égales avec le Coréen Samsung (qui va passer le relais à son compatriote Hanwha, voir Edito), deux milliards de dollars (environ 1,6 Mrd €) ont été investis sur le site entre 2012 et 2014 pour considérablement renforcer les capacités. En l'occurrence, Samsung Total Petrochemicals a édifié sur le site une unité additionnelle de traitements de condensats (produisant naphta lourd pour les unités d'aromatiques, naphta léger pour le vapocraqueur, et produits finis comme du kérosène et du diesel), une unité de copolymères éthylène acétate de vinyle (EVA) de 240 000 tonnes par an, et une seconde unité d'aromatiques. D'une capacité de 1,5 Mt/an de paraxylène et de benzène, elle permet de plus que doubler les productions de paraxylène à Daesan, lesquelles totalisent aujourd'hui 1,8 Mt/an. Le gigantesque complexe de Samsung Total Petrochemicals s'étend sur 300 hectares, recense plus de 1 400 salariés, et dispose de 13 unités intégrées à un vapocraqueur et deux splitters de condensats. Son chiffre d'affaires a atteint 7,2 Mrds $ en 2013, avec la moitié de la production destinée à l'export, principalement en Chine. Entre 2005 et 2007, le complexe avait déjà fait l'objet d'un investissement conséquent de 600 M$, pour l'augmentation des capacités de vapocraquage, de styrène, de paraxylène et de polypropylène. Malgré ses deux grandes phases d'extension, Total annonce qu'un projet de 200 M$ est aussi prévu en 2015 sur le site pour la construction d'un nouveau four sur le vapocraqueur pour craquer du gaz de pétrole liquéfié et porter la capacité à 1,1 Mt/an, ainsi que le dégoulottage de l'unité de styrène, avec des capacités qui seront portées à plus de 1 Mt/an.

 

Une seconde usine de polystyrène en Chine

 

Les productions de styrène à Daesan sont d'autant plus stratégiques pour Total qu'elles lui permettent d'alimenter ses productions chinoises, détenues en propre et non en coentreprise, de polystyrène. Or, positionné comme un des leaders mondiaux du marché avec des capacités de 400 000 t/an en Europe et de 550 000 t/an aux États-Unis, Total était limité à un peu moins de 200 000 t/an en Chine. Ne recensant qu'une seule implantation à Foshan, dans le sud-est du pays, acquise en 2003. Via un investissement de 80 M$, le groupe a construit et mis en service cet été une seconde usine, d'une capacité de 200 000 t/an, à Ningbo, sur la façade Est. Ce qui lui permet de compléter sa présence sur le marché chinois avec ces nouvelles productions qui serviront principalement les régions est, centre et nord du pays. Avec désormais 380 000 t/an de capacités installées en polystyrène en Chine, Total à terme vise une part de marché de 13 à 15 % sur ce segment, en s'appuyant notamment sur la demande du marché de l'électroménager, lequel bénéfice d'un taux de croissance de 3 % par an.
 

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Chimie

Nous vous recommandons

Afyren sécurise 60 M€ pour son industrialisation

Afyren sécurise 60 M€ pour son industrialisation

Le producteur de composés biosourcés d'intérêt par voie fermentaire Afyren a annoncé le démarrage de la phase industrielle de son développement via la sécurisation d'un financement[…]

18/02/2019 | ActualitésChimie
Yara et Engie collaborent dans l'hydrogène vert en Australie

Yara et Engie collaborent dans l'hydrogène vert en Australie

Nutrien débourse 340 M$ pour Actagro

Nutrien débourse 340 M$ pour Actagro

Cabot cède sa division Fluides de spécialité à Sinomine

Cabot cède sa division Fluides de spécialité à Sinomine

Plus d'articles