Nous suivre Info chimie

Total en passe de céder CCP à Polynt pour créer un leader des résines composites

Julien Cottineau

Sujets relatifs :

, ,

Le groupe italien Polynt a déposé une offre de reprise auprès de Total pour acquérir sa filiale CCP Composites afin de créer un leader des résines composites. L’opération serait très complémentaire pour les activités des deux acteurs.

Le recentrage du portefeuille chimique du géant français se poursuit. Total envisage de céder sa filiale CCP Composites à l’Italien Polynt, détenu par le fonds Industrialinvest. L’opération, qui pourrait avoisiner 100 millions de dollars selon la presse française, vise à la constitution du leader européen des résines composites et du n°3 mondial, derrière les Américains Reichold et Ashland. En outre, l’acquisition offrirait à Polynt une meilleure intégration de ses productions de résines composites, et une vaste extension de sa présence géographique. Constitué par Total en 2011 par le rassemblement de Progress Plastics et de Cook Composites & Polymers avec les activités composites et polymères de Cray Valley (hors résines d’hydrocarbures donc), CCP Composites est centré sur la production de résines polyester insaturé (UPR), d’esters de vinyle, de gelcoats et de dérivés. Des spécialités qui trouvent des applications dans la fabrication de coques de bateau, de panneaux réfrigérants, de piscines ou encore de bacs de douche, précise Total. En 2013, CCP Composites a enregistré un chiffre d’affaires d’environ 560 millions de dollars (environ 410 M€), généré à 45 % dans les Amériques, à 35 % dans la zone Europe-Moyen-Orient-Afrique, et à 20 % en Asie. La société recense 800 salariés sur 26 sites dans le monde, pour des capacités totales d’environ 435 000 tonnes par an. Les 20 usines sont essentiellement implantées aux Amériques (sept sites aux Etats-Unis, trois au Brésil et deux au Canada). Dans la zone Asie-Pacifique, la société dispose de cinq usines (Malaisie, Corée du Sud et trois en Australie), soit un peu plus qu’en Europe où les implantations se limitent à trois sites de production : Espagne, Royaume-Uni et en France, plus précisément à Drocourt (Pas-de-Calais). Ce site de 220 salariés est un centre technique stratégique de développement de résines polyester insaturé. Sur place, CCP Composites dispose d’unités d’UPR (80 000 t/an) et d’additifs (7 000 t/an), et d’une unité de mélanges gelcoats et colles (10 000 t/an).

 

Présence complémentaire

 

L’usine française serait particulièrement stratégique pour Polynt qui ne dispose pas d’infrastructures de production en France. Producteur d’intermédiaires pour polymères et de spécialités chimiques, le chimiste italien qui recense 1 500 salariés pour un chiffre d’affaires 2013 de 1,1 Mrd $, se dit particulièrement complémentaire de CCP Composites puisqu’il produit des intermédiaires comme des acides fumarique et malique, ou des anhydrides phtalique et trimellitique, pour la production d’UPR, de compounds et de composites. Très présent industriellement en Italie, Polynt dispose aussi de sites en Asie, notamment en Chine, ainsi qu’aux Etats-Unis. L’offre déposée auprès de Total est d’ailleurs menée par la société PCCR USA. En 2011, cette filiale américaine de Polynt avait repris les résines pour composites et revêtements de Momentive Performance Materials. Ce qui lui avait permis d’acquérir au passage quatre usines aux Etats-Unis (CPH n°548). L’avantage d’un rapprochement entre CCP Composites et Polynt réside aussi sur leur présence complémentaire, via des marchés géographiques différenciés aujourd’hui, dans le monde et notamment en Europe. Le premier est très concentré sur l’Europe de l’Ouest et la France, quand le second est focalisé sur l’Italie et plus tourné vers l’Est de l’Europe. 

Pour l’heure, l’opération, qui nécessitera le feu vert des autorités de la concurrence, en est à ses prémices. Total et CCP Composites vont engager les procédures d’information-consultation des instances représentatives du personnel concernées. Polynt dit s’être engagé dans le cadre de son offre à maintenir l’emploi existant et les avantages sociaux des salariés concernés.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Chimie

Nous vous recommandons

Bayer ne détient plus que 6,8 % de Covestro

Bayer ne détient plus que 6,8 % de Covestro

La part du géant allemand dans son ancienne division CropScience se réduit comme peau de chagrin. Bayer a annoncé, le 4 mai, avoir procédé à la vente, le 3 mai au soir et uniquement à des[…]

Horizon dégagé pour la chimie en France

Horizon dégagé pour la chimie en France

Shell se dotera d’une centrale photovoltaïque à Moerdijk

en bref

Shell se dotera d’une centrale photovoltaïque à Moerdijk

Kuraray s'offre Calgon Carbon

Kuraray s'offre Calgon Carbon

Plus d'articles