Nous suivre Info chimie

Total prêt à se muscler aux États-Unis

Julien Cottineau

Sujets relatifs :

, ,

C'est dans l'air depuis deux ans au moins. Le géant pétrochimique français ambitionne de muscler ses capacités d'éthylène aux États-Unis. Si rien n'est encore fait, Total commence à poser des jalons significatifs. Sa filiale américaine, Total Petrochemicals et Refining USA, a récemment déposé des demandes de permis environnementaux auprès de la Texas Commission on Environmental Quality (TECQ) et auprès de l'US Army Corps of Engineers pour construire un vapocraqueur. En raison des délais d'obtention des autorisations, Total indique avoir déposé ces demandes bien en avance. Et ne veut donc pas encore détailler le projet. Même si certains contours sont déjà bien délimités.
 

« Un vapocraqueur dont la capacité pourrait aller jusqu'à 1 Mt/an d'éthylène »


En premier lieu, le groupe réfléchit à un vapocraqueur, sur base éthane évidemment, dont la capacité pourrait aller jusqu'à un million de tonnes par an d'éthylène. Soit le format d'une structure de taille mondiale. Si une demande de permis a été déposée au Texas, c'est que le groupe étudie la question de construire aux alentours de Port Arthur, là où il détient une vaste raffinerie et est impliqué à hauteur de 40 % dans le complexe pétrochimique intégré de la coentreprise BASF Total Petrochemicals. Construire sur place correspondrait aussi à la stratégie du groupe de privilégier son développement sur de vastes plateformes intégrées raffinage/chimie. Toutefois, Total étudie aussi la possibilité de construire en Louisiane. Dans cet État, le groupe est déjà implanté à Carville, avec un complexe de styrène et de polystyrène (660 000 t/an de capacités pour le PS). Deux emplacements dans le Golfe du Mexique sont ainsi en concurrence. Le projet étant encore à l'étude, le groupe ne donne aucune indication sur le montant de l'investissement ni sur le calendrier. Il est encore trop tôt. Et ne commente donc pas les rumeurs parues dans la presse américaine. Laquelle évoque des montants de 1,5 à 1,7 milliard de dollars, ce qui n'est pas surprenant pour un projet de ce type, ainsi qu'une perspective de construction dès 2017. Ce qui préfigurerait une mise en service à l'horizon 2019-2020.
 

Total apporte cependant deux précisions d'importance. D'une part, le projet est voué à couvrir les besoins du groupe en éthylène pour ses productions de dérivés. À ce stade, le groupe ne dévoile pas encore si le vapocraqueur pourrait être accompagné d'unités en aval. Actuellement, le site américain du groupe qui semble le plus à même de bénéficier de ce vapocraqueur est le site de polyéthylène haute densité (408 000 t/an) en activité à Bayport, au Texas. Et qui est aujourd'hui alimenté en éthylène depuis Port Arthur. À noter qu'au Texas, Total recense aussi une usine de polypropylène (1,22 Mt/an) à La Porte, alimentée en propylène, mais pour moitié seulement de ses apports, depuis Port Arthur.
 

D'autre part, Total indique qu'il recherche un partenaire pour son projet et qu'il a engagé des discussions à ce sujet. « BASF aurait été un partenaire naturel, mais ils ne sont pas intéressés par de la production additionnelle d'éthylène », précise un porte-parole aux États-Unis. Le partenaire allemand avait déjà consenti à renforcer le vapocraqueur commun de Port Arthur et à le flexibiliser pour augmenter les volumes d'éthylène. Mais, dans le domaine, il n'irait donc pas plus loin. Ce qui semble logique tant le géant allemand se concentre, en raison de la nature de ses productions américaines, sur des volumes additionnels de propylène et étudie de très près la construction d'un complexe au Texas.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Chimie

Nous vous recommandons

Edito : SQM n’entrevoit pas de pénurie de lithium

Edito : SQM n’entrevoit pas de pénurie de lithium

  Il est bien loin le temps d’une économie à 100 % fossile, où le carbone avait le quasi-monopole. Dans notre monde qui se complexifie sans cesse, en particulier au plan de la technologie, d’autres[…]

13/09/2019 | LithiumChimie minérale
Edito : Le vapocraquage veut passer à l’électrique

Edito : Le vapocraquage veut passer à l’électrique

Edito : Pluie de milliards dans le royaume saoudien

Edito : Pluie de milliards dans le royaume saoudien

Edito : Omnova passe sous pavillon britannique

Edito : Omnova passe sous pavillon britannique

Plus d'articles