Nous suivre Info chimie

Un été meurtrier

Sylvie Latieule, rédactrice en chef

Sujets relatifs :

, ,

En moins de deux décennies, la Chine est parvenue à se hisser au rang de premier producteur chimique mondial avec une part de marché de plus de 33 % en 2013 (contre 7,3 % en 2000), devant l'Union Européenne (17 % en 2013) puis les États-Unis (14,8 % en 2013). Mais cette croissance effrénée ne s'est pas toujours déroulée dans le plus grand respect de la sécurité et de la protection de l'environnement. D'ailleurs, l'agence Chine Nouvelle relate épisodiquement quelques accidents chimiques. Citons, par exemple, les deux explosions en 20 mois d'intervalle chez Tenglong Aromatic Hydrocarbon à Zhangzhou, dans le sud-est de la Chine, ou l'explosion de Shuangma Chemical dans la ville de Rugao, au nord de Shanghai que nous avions relatées. À chaque fois, peu d'échos et des bilans humains et environnementaux minimisés. Mais avec la catastrophe de Tianjin qui a dévasté, le 12 août dernier, tout un site industriel dans cette métropole de l'est de la Chine, le bilan est autrement plus lourd. À la fin août, les médias officiels faisaient état de 129 morts, plus de 40 personnes portées disparues, plus de 600 blessés encore hospitalisés dont une quarantaine dans un état critique. L'explosion a été filmée et diffusée sur le Net et les média internationaux se sont précipités sur place pour constater les dégâts et les risques de contamination liés à un stockage de 700 tonnes de cyanure de sodium de l'entreprise Tianjin Rui Hai International. Ajoutons à ce triste bilan l'explosion, 10 jours plus tard, d'une usine du groupe chinois Runxing, fabriquant notamment de l'adiponitrile, faisant un mort supplémentaire et neuf blessés.

Pour chacun de ces accidents, il est frappant de constater que ce sont des industriels chinois qui sont impliqués et non des entreprises occidentales qui investissent pourtant massivement dans des outils de production en Chine. Ceci laisse à penser que l'industrie à deux vitesses, que l'on nous dépeint parfois à propos de la Chine, est bien une réalité. Il y aurait d'un côté le camp des industriels étrangers et de quelques grandes sociétés nationales qui opèrent selon des standards internationaux. De l'autre, des industriels chinois peu scrupuleux, aveuglés par le profit. À Tianjin, cet entrepôt de 700 t de cyanure de sodium n'aurait dû contenir guère plus de 24 t de ce produit hautement toxique selon la réglementation en vigueur, en raison de la proximité (moins de 1 kilomètre) de zones d'habitation et d'axes routiers. Selon la presse chinoise, l'un des propriétaires de l'entrepôt, fils d'un ancien chef de la police locale, serait mis en cause. Il a été placé en détention avec une dizaine d'autres cadres de l'entreprise, en attendant que la lumière soit faite sur une possible affaire de corruption.

En France, la sécurité des sites industriels est, depuis la catastrophe d'AZF en 2001, la priorité numéro 1 et l'on imagine mal des infractions à la réglementation aussi monumentales. Mais avant l'été, deux malheureux incidents sont venus rappeler que la sûreté des sites devait aussi être renforcée. L'usine Air Products de Saint-Quentin-Fallavier dans l'Isère a fait l'objet d'une attaque terroriste, le 26 juin, avec la décapitation d'un homme. Puis le 14 juillet, deux explosions ont secoué le site pétrochimique de LyondellBasell à Berre l'Étang (Bouches-du-Rhône) sans que l'on sache encore s'il s'agit d'une piste criminelle ou terroriste. Fort heureusement, ces intrusions et actes de malveillance n'ont pas provoqué de catastrophe chimique majeure. Que se serait-il passé si les malfaiteurs avaient été bien mieux préparés et informés ? C'est ainsi que s'achève l'été 2015 sur un bilan bien sombre pour l'industrie chimique en France et dans le monde.

 

Le 12 août dernier, un accident chimique a dévasté tout un site industriel à Tianjin, dans l'est de la Chine.

 

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Chimie

Nous vous recommandons

Edito : Croissance, cash et rendement

Edito : Croissance, cash et rendement

On attendait avec impatience de connaître la stratégie d’Ilham Kadri pour les trois années à venir, pensant qu’une femme, polymériste, issue d’une de nos prestigieuses écoles[…]

12/11/2019 | Edito Hebdo
Edito : Solvay stoppe son projet à Saint-Fons

Edito : Solvay stoppe son projet à Saint-Fons

Edito : Un complexe pétrochimique neutre en carbone à Mundra ?

Edito : Un complexe pétrochimique neutre en carbone à Mundra ?

Edito : Croissance durable pour la "pétro" de Total

Edito : Croissance durable pour la "pétro" de Total

Plus d'articles