Nous suivre Info chimie

Un investissement de 120 M€ pour préserver la thiochimie

S.L.

Sujets relatifs :

, ,

La Société Béarnaise de Gestion Industrielle (Sobegi) a annoncé fin décembre un investissement de 120 millions d'euros sur le bassin de Lacq. Élaboré en partenariat avec Total EP France et Arkema, le projet "Cluster Chimie Lacq 2030" vise à pérenniser la thiochimie sur le bassin. Ainsi, une production de gaz naturel à faible débit (350 000 m3 contre 3 Mm3) va être maintenue au niveau de quelques puits, alors que l'exploitation globale du gisement doit toucher à sa fin en 2013. Dans ce projet, ce n'est pas le gaz naturel qui est recherché, mais l'hydrogène sulfuré (H2S) qui l'accompagne. En effet, cette matière première est nécessaire à l'exploitation des installations de thiochimie d'Arkema sur le site de Lacq, ainsi que de celles de Lubrizol. Le gaz naturel, devenu sous-produit, sera néanmoins réutilisé dans les nouvelles chaudières pour produire de la vapeur et de l'électricité à un prix économique intéressant au bénéfice des industriels installés ou à venir sur la plateforme de Lacq. « C'est un basculement de stratégie industrielle, de l'exploitation de gaz commercial à une logique d'exploitation de gaz technique pour l'industrie chimique. Une page de l'histoire de Lacq se tourne » explique François Virely, président de Sobegi, coentreprise de Total et Cofely (filiale GDF-Suez) dont la mission est de gérer les plateformes de Lacq et Mourenx qui accueillent aujourd'hui 19 industriels. C'est d'ailleurs Sobegi qui est au cœur du projet avec une mise de fonds de 87,5 millions d'euros. « L'investissement est important. Le maintien en exploitation de seulement quelques puits nécessite de reconstruire toute la ligne industrielle de traitement du gaz, avec un dimensionnement approprié des installations et l'utilisation des dernières avancées technologiques, notamment en matière de protection de l'environnement. Nous travaillons sur ce projet depuis trois ans », ajoute François Virely. De son côté, Arkema va investir 25 M€ dans la modification de ses installations.

Enfin, Total va consacrer 7,6 M€ à la reconfiguration de ses puits. L'ouverture du chantier est prévue pour la fin 2011, pour une exploitation des nouvelles installations à la mi-2013. A noter que l'État pourrait également apporter une contribution financière. Une procédure de labellisation dans le cadre du programme "Investissements d'avenir" est en cours. François Virely estime que ce projet va pérenniser l'activité sur le bassin de Lacq pour « au moins 30 ans ». Et ce, malgré l'épuisement du gisement de gaz et la fermeture brutale en 2010 des installations d'acide acétique et d'acétate de vinyle de Celanese à Pardies qui a détruit près de 400 emplois.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Chimie

Nous vous recommandons

Justice : Monsanto condamné dans le procès du Lasso

Justice : Monsanto condamné dans le procès du Lasso

La Cour de cassation a rejeté le pourvoi formé par Monsanto, filiale du groupe allemand Bayer depuis 2018, dans le procès de l’herbicide Lasso. Le chimiste est donc définitivement condamné dans le dossier[…]

21/10/2020 | PhytosanitairesJustice
Wacker va couper 1 200 postes dans ses effectifs

Wacker va couper 1 200 postes dans ses effectifs

La SFCP devient « La chimie au quotidien »

La SFCP devient « La chimie au quotidien »

Energie : DRT plante son 1 000ème hectare de forêt

Energie : DRT plante son 1 000ème hectare de forêt

Plus d'articles