Nous suivre Info chimie

Un outil de recrutement pour les PME de la chimie

Sylvie Latieule

Sujets relatifs :

, ,
Un outil de recrutement pour les PME de la chimie

Ce site a la vocation d'un chasseur de têtes électronique.

© © Fondation de la maison de la chimie

Chaque année une grande majorité de docteurs en chimie peinent à entrer sur le marché du travail. Pour les aider, la Fondation de la maison de la chimie vient de lancer un outil de recrutement en ligne pour faciliter notamment le contact avec les PME de la chimie.

Chaque année, il sort des 23 écoles doctorales françaises de chimie quelque 1 300 diplômés. Un peu moins d'un quart de ces docteurs en chimie arrivent à trouver dans l'année un emploi mettant à profit leurs compétences de chercheurs. Ce sont essentiellement des docteurs ingénieurs qui sont embauchés dans le secteur public ou dans les entreprises privées et quelque 800 docteurs restent sur le bord de la route. Certains mettront plus de deux ans pour trouver un travail dans le domaine de la chimie, quand d'autres devront abandonner totalement cette voie. Pour faire face à cette « situation catastrophique », la Fondation de la maison de la chimie, présidée par Bernard Bigot, a décidé de passer à l'action. Partant du principe que ces docteurs pourraient apporter de grands services aux PME et ETI de la chimie, la Fondation a décidé de créer un site internet dédié à toutes les personnes intéressées par la formation doctorale en chimie au sens large, des candidats à une thèse en chimie, aux doctorants et directeurs de thèse, en passant par les docteurs en chimie. L'une des fonctionnalités clé de ce site étant sa rubrique emploi qui s'adresse autant aux docteurs en recherche d'emploi qu'aux entreprises qui cherchent à employer un docteur. « Cet outil est un peu un chasseur de têtes électronique et gratuit pour les PME de la chimie », résume Danièle Olivier, vice-présidente de la Fondation de la Maison de la chimie. « Ces petites entreprises ont souvent une mauvaise connaissance du potentiel de la recherche publique et elles pensent que des doctorants de la chimie ne seront pas adaptés à leurs besoins ou qu'ils leur coûteront trop cher », ajoute Danièle Olivier qui estime que ces doctorants pourraient apporter de l'innovation dans ces entreprises à des coûts modérés.

Ce site est le fruit de 4 années de conception et de réalisation. « Le cahier des charges a été élaboré en collaboration avec les 23 écoles doctorales, la Fédération Gay-Lussac, ainsi que des directions de ressources humaines d'entreprises industrielles », commente la vice-présidente. Des doctorants peuvent y déposer des candidatures en remplissant des formulaires très complets où sont notamment consignés les diplômes (en remontant jusqu'au baccalauréat et avec d'importants détails sur la thèse de doctorat) ou les différents stages effectués. Avant la publication en ligne, le formulaire est validé par l'école doctorale et un label apparaît sur la fiche de candidature. Cette étape de validation est impérative pour garantir la qualité des candidatures. Elle est supervisée par des experts industriels et universitaires. De leur côté, les entreprises peuvent déposer des offres d'emploi ou des offres de stages et, par un système d'alerte, elles pourront être informées de toute nouvelle candidature correspondant à leurs attentes. Les laboratoires académiques pourront également proposer des offres de thèses ou de stages. Mais Danièle Olivier insiste sur le fait que la première vocation du site reste l'insertion professionnelle. « Il faut résorber ce gâchis de jeunes docteurs qui ne trouvent pas d'emploi dans la chimie », estime-t-elle.

En ligne depuis quelques semaines, le site commence à recueillir ses premières inscriptions de docteurs. Ces derniers ont déjà été informés de l'existence du site par le biais des écoles doctorales. L'information doit maintenant être diffusée sur le terrain pour toucher les petites entreprises sur l'ensemble du territoire français. La Fondation pourra compter sur le relais des pôles de compétitivité Axelera, IAR et Medicen, d'Oséo, de l'Union des Industries Chimiques (UIC) et de ses différentes antennes régionales. Mais pour aller plus loin dans cette action, elle vient de recruter un directeur de programme qui sera tout spécialement en charge des projets d'aide à l'innovation dans les PME, d'autant que le Fondation a déjà développé le programme PCE (Programme Consultants Experts) qui consiste à mettre en relation une entreprise avec un chercheur expérimenté ou un consultant industriel senior. « Nous mettons en relation les besoins des uns avec les compétences des autres, mais nous sommes également prêts à jouer un rôle de booster en apportant à des PME une aide financière sur des projets à risques », poursuit Danièle Olivier rappelant que la grande mission de la Fondation de la Maison de la chimie reste le soutien de la chimie en France et notamment de son industrie.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Chimie

Nous vous recommandons

Culture du risque : Un plan d’action pour sensibiliser la population

Culture du risque : Un plan d’action pour sensibiliser la population

En marge d’une visite sur le site d’Arkema à Jarrie (Isère), la ministre de la Transition écologique, Barbara Pompili, a présenté un plan d’action pour sensibiliser la population aux[…]

Plasturgie durable : La France, deuxième acteur européen de l’innovation

Plasturgie durable : La France, deuxième acteur européen de l’innovation

Hydrogène : Inovyn et Wrightbus collaborent au Royaume-Uni

Hydrogène : Inovyn et Wrightbus collaborent au Royaume-Uni

Trophées Responsible Care : France Chimie dévoile les lauréats du Grand Est

Trophées Responsible Care : France Chimie dévoile les lauréats du Grand Est

Plus d'articles