Nous suivre Info chimie

Une caméra IR pour traquer les fuites de gaz

Sujets relatifs :

Bertin Technologies a développé un système permettant de suivre le cheminement de nuages de gaz. Issue du domaine militaire, cette technologie cherche à séduire le civil et, notamment, l'industrie chimique qui traque les émissions dangereuses pour la sécurité et l'environnement.
SYSTÈME DE SURVEILLANCE Du suivi de process à l'analyse des émissions, il n'y a qu'un pas que certains n'hésitent pas franchir pour englober l'ensemble dans l'« analyse industrielle ». En effet, au même titre que le suivi des produits au coeur du procédé, la détection de fuites de gaz dans l'atmosphère renseigne aussi les opérateurs sur d'éventuels dysfonctionnements du procédé. C'est pour surveiller l'atmosphère au-dessus des sites chimiques que Bertin Technologies a mis au point un système utilisant une caméra infrarouge thermique, comme celles qui permettent de voir la nuit. Contrairement aux barrières infrarouges ou aux capteurs couramment utilisés sur sites, cette technologie fournit une image instantanée du nuage de gaz formé : son étendue, sa cartographie de concentration et son évolution. Outre sa présence, on vérifie aussi si le nuage s'achemine vers un point chaud avec un risque d'explosion, explique Patrice Houmault responsable commercial du secteur Industrie chez Bertin Technologies. Un atout pour assurer la sécurité. L'avantage de ce système - en cours de lancement - est qu'il est valable pour tout gaz ayant des propriétés d'absorption dans l'infrarouge. Patrice Houmault ajoute que le système est particulièrement performant dans la détection d'hydrocarbures (méthane, éthane, propane, butane…). La genèse du système remonte à la première guerre du Golfe. À l'époque, l'armée française avait besoin de détecter, à très grande distance, d'éventuels dégagements de gaz toxique chimique lors de l'explosion d'obus. Le projet avait alors été confié à Bertin Technologies. La guerre achevée, les ingénieurs de Bertin ont souhaité offrir de nouveaux débouchés à leur système. C'est ainsi que le domaine du raffinage et de la pétrochimie a été identifié. Mais malgré des développements visant à adapter le système aux besoins spécifiques de ces industries, il aura fallu attendre une dizaine d'années avec la mise sur le marché de caméras matricielles infrarouges « non refroidies » pour que le projet prenne corps. L'apparition de cette technologie, fournie à Bertin par Cedip Infra Red Systems, a permis la suppression du circuit de refroidissement. En conséquence, les systèmes ont gagné sur tous les tableaux : fiabilité, maintenance, consommation d'énergie et coût d'acquisition de l'appareil. Tous les éléments sont désormais réunis pour séduire les acteurs de la chimie particulièrement attentifs aux coûts et à la fiabilité des équipements qui doivent détecter le danger 24 heures sur 24, par tout temps. Plusieurs années d'expérimentation sur des sites variés et dans des conditions d'observation extrêmes (jour/nuit, climat sec/tempéré/saturé en humidité, campagne/milieu urbain/site industriel extérieur, distances de 100 m à 3 km, champ d'observation de 6 à 45°) ont été menées. Bertin Technologies vient, par exemple, d'achever une campagne de tests sur le site de BP à Lavera. S.L.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Chimie

Nous vous recommandons

Comment  la chimie va y contribuer

Comment la chimie va y contribuer

Face au défi de la transition énergétique, l'industrie chimique peut contribuer grandement à la mise en place d'un système énergétique décarboné en travaillant sur sa[…]

BASF développe ses solutions pour le secteur de la construction

BASF développe ses solutions pour le secteur de la construction

« De l'amélioration continue, plutôt que de l'innovation de rupture »

« De l'amélioration continue, plutôt que de l'innovation de rupture »

La France se prépare à l'industrialisation de la G2

La France se prépare à l'industrialisation de la G2

Plus d'articles