Nous suivre Info chimie

Une pétition pour une interdiction du glyphosate dans trois ans

L.H.

Sujets relatifs :

, ,

Inscrire dans la loi la sortie du glyphosate en trois ans : c'est ce que demande dans une pétition, lancée le 18 mai, une trentaine d'ONG, syndicats agricoles et associations de consommateurs comme Agir pour l'environnement, Foodwatch, Générations futures, Greenpeace, WWF, UFC Que Choisir ou encore la Confédération paysanne. « Nous, signataires de cette pétition, demandons que le principe de précaution soit respecté et que la France sorte effectivement du glyphosate dès que possible, avec un plan d'accompagnement adapté pour les agriculteurs », indique le texte adressé au président de la République Emmanuel Macron, au Premier ministre Édouard Philippe, aux rapporteurs du projet de loi Agriculture et Alimentation ainsi qu'aux ministres de l'Agriculture Stéphane Travert, de la Transition écologique Nicolas Hulot et de la Santé Agnès Buzyn. La pétition a obtenu en trois jours plus de 40 000 signatures.

Un amendement pour interdire le glyphosate retiré

Classé cancérigène probable chez l'homme en 2015 par le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC), agence de l'Organisation mondiale de la santé, le glyphosate a vu son autorisation prolongée de cinq ans à la fin de l'année 2017. Emmanuel Macron s'était alors engagé à l'interdire « au plus tard dans trois ans ». Alors que le projet de loi Agriculture et Alimentation est présenté en plénière à l'Assemblée nationale du 22 au 29 mai, Générations futures déplore qu'une proposition d'amendement du rapporteur de la loi, Jean-Baptiste Moreau, pour interdire le glyphosate ait été retirée lors de l'examen en commission des Affaires économiques, suivant l'avis défavorable du ministre de l'Agriculture. L'association dénonce un rétropédalage du gouvernement. Stéphane Travert a, quant à lui, rétorqué que « l'interdiction du glyphosate n'a jamais figuré dans le projet de loi. Il existe un amendement, déposé par un député, qui n'a pas été adopté en Commission ».

Des industriels auraient eu accès à l'amendement de Delphine Batho

Mais c'est un autre amendement, celui de Delphine Batho, qui a jeté le feu aux poudres quelques jours plus tard. Le 22 mai, la députée non inscrite a affirmé que son amendement CD 182 du 22 mars, demandant l'interdiction du glyphosate en trois ans, était parvenu à l'UIPP (Union des industries de la protection des plantes, qui regroupe Bayer, Monsanto et Syngenta) dès le 23 mars, soit plus de 90 heures avant qu'il soit officiellement publié sur le site de l'Assemblée et porté à la connaissance des députés, puis rejeté. Un « scandale » pour Générations futures, qui déplore que les industriels aient disposé de près de quatre jours supplémentaires pour « préparer leur argumentaire et surtout pour exercer une forte pression sur nombre d'élus et le gouvernement, ce qui leur a conféré un avantage inadmissible dans ce débat politique ». La députée, qui a saisi le président de l'Assemblée nationale le 30 mars sur cette affaire, est toujours en attente d'une explication concernant la façon dont l'UIPP a pu avoir accès à cet amendement. « Générations futures demande que toute la lumière soit faite dans cette affaire, que des sanctions soient prises et que le système interne des assemblées soit modifié pour qu'aucune fuite de ce genre ne soit possible à l'avenir », a déclaré François Veillerette, directeur de l'association.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Chimie

Nous vous recommandons

Dicamba : Corteva ne vend plus son herbicide en Amérique du Nord

Dicamba : Corteva ne vend plus son herbicide en Amérique du Nord

Le spécialiste de l’agriculture Corteva Agriscience a annoncé le retrait de son herbicide FeXapan des marchés canadien et américain. Ce produit, à base de dicamba comme de nombreux herbicides, est[…]

04/03/2021 | PanoramaCorteva
Appel à manifestation d’intérêt : 10 projets retenus par Lyon Vallée de la chimie

Appel à manifestation d’intérêt : 10 projets retenus par Lyon Vallée de la chimie

Covid-19 : Solvay fait le bilan de son fonds de solidarité

Covid-19 : Solvay fait le bilan de son fonds de solidarité

Quatre start-up de chimie verte intègrent le FT120

Quatre start-up de chimie verte intègrent le FT120

Plus d'articles