Nous suivre Info chimie

Une plateforme pour l'étude des échantillons anciens

Dinhill On

Le CNRS a inauguré sa plateforme de recherche Ipanema dédiée à l'étude des matériaux anciens. Adossée au synchrotron Soleil à Saint-Aubin, elle offre un équipement de pointe et ambitionne d'être une installation de référence à l'échelle internationale.

« Il s'agit du seul laboratoire au niveau mondial spécifiquement dédié à l'étude des matériaux anciens sur grand instrument ». Voici comment Loïc Bertrand, directeur de l'institut photonique d'analyse non destructive européen des matériaux anciens (Ipanema) décrit la plateforme de recherche inaugurée en septembre dernier. Représentant un investissement de neuf millions d'euros, cette installation est en premier lieu dédiée à l'étude des matériaux en archéologie et en paléontologie. « Ipanema est né de la volonté, au début des années 2000, de diversifier les applications autour de la lumière synchrotron : analyse d'échantillons, traitement de données, imagerie, etc. », indique Loïc Bertrand.

Localisé à proximité du synchrotron Soleil de Saint-Aubin (Essonne), l'Institut comprend un bâtiment de 1 800 m2 abritant quatre laboratoires et deux salles de préparation d'échantillons pour des études synchrotron. Le centre héberge également des bureaux et des espaces expérimentaux pour les chercheurs de l'unité de la plateforme, sans compter les scientifiques hébergés dans le cadre de projets collaboratifs. Ipanema facilite l'accès à dix lignes de Soleil. En 2015, Ipanema comprendra en outre une ligne de lumière synchrotron (PUMA) qui alimentera deux stations expérimentales d'imagerie : l'une dédiée à la 2D (spectroscopie de rayons X) et l'autre en 3D (microtomographie X). Les deux stations d'imagerie ont pour objectif d'obtenir des images avec une résolution de l'ordre du micromètre. Outre les équipements proposés par les deux stations, Ipanema met à disposition des utilisateurs du matériel de pointe pour la préparation et le repérage des échantillons ainsi que des instruments de caractérisation complémentaire : microscopies infrarouge, électronique ou optique, colorimétrie, etc. En outre, la plateforme fournit un banc mécanique et électronique pour accompagner le développement instrumental. L'optimisation de codes pour le traitement et l'analyse statistique des données sera facilitée par la présence d'un pilote de calcul.

 

Des recherches sur deux principaux axes

 

Les recherches pour la construction de stratégies analytiques adaptées aux problématiques propres aux matériaux anciens vont se faire selon deux principaux axes, que sont le développement de méthodes d'imagerie, et l'analyse de données multivariées de matériaux. En ce qui concerne l'imagerie, l'Institut souhaite étudier des méthodologies d'analyse 2D et 3D sur tout le spectre électromagnétique du synchrotron, et concevoir des couplages analytiques pour caractériser complètement les échantillons à différentes échelles. Les recherches menées sur cet aspect voudront également élaborer des procédés de manipulation et des approches invasives et non invasives de repérage sur l'échantillon. Enfin, Ipanema vise à développer des procédures analytiques minimisant le risque de dégâts d'irradiation. Concernant l'axe analyse de données, le laboratoire souhaite rendre le traitement systématique et automatisé afin de rendre l'étape reproductible dans le but de pouvoir comparer différents corpus d'objets. Il a pour objectif de mettre au point des modèles se basant sur l'information a priori et les mesures effectuées, ainsi que des algorithmes aidant à combiner des mesures effectuées dans différentes conditions.

Outre l'équipement en lui-même, Ipanema fournit un accompagnement à la recherche dans le cadre de projets. Ainsi, l'unité aidera les scientifiques à monter des projets synchrotrons, à mettre en place la méthodologie d'analyse adaptée à l'échantillon, et à traiter les données acquises lors des expériences. « Les utilisateurs pourront faire appel à nos prestations et nos équipements gratuitement, à condition que les résultats qui en sont issus soient publiés », précise Loïc Bertrand.

Actuellement, Ipanema emploie une dizaine de collaborateurs sur le site, et prévoit de recruter prochainement. « Nous espérons attirer de jeunes scientifiques vers ces recherches qui sont un peu "en marge" des activités de R&D classiques. L'un des obstacles est qu'il est difficile de recruter car les profils que nous recherchons sont très techniques », explique Loïc Bertrand. Avant de compléter : « Dans l'idéal, il nous faudrait au total environ 15 scientifiques pour que la plateforme tourne bien ». Les projets de l'unité ne s'arrêtent pas au site de Saint-Aubin : en effet, Ipanema travaille également sur d'autres installations synchrotron en France (Orsay, Grenoble) et à l'étranger (Allemagne, Canada) pour développer des méthodologies d'analyse spécifiques. L'Institut va également organiser en septembre 2014 au musée du Louvre une conférence sur les possibilités du rayonnement synchrotron dans l'archéologie.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Chimie

Nous vous recommandons

Application de revêtements : AkzoNobel investit dans la start-up Qlayers

Application de revêtements : AkzoNobel investit dans la start-up Qlayers

Le groupe néerlandais AkzoNobel annonce son entrée dans le capital de la start-up Qlayers, aux côtés du fonds Eindhoven Venture Capital Fund II (EVCF II), géré par ECFG. Qlayers est[…]

06/04/2021 | AkzoNobelInnovation
Quatre start-up de chimie verte intègrent le FT120

Quatre start-up de chimie verte intègrent le FT120

Calnesis rend la physico-chimie expérimentale accessible aux industriels

Calnesis rend la physico-chimie expérimentale accessible aux industriels

BASF consommera 250 000 t/an de matières premières recyclées en 2025

BASF consommera 250 000 t/an de matières premières recyclées en 2025

Plus d'articles