Nous suivre Info chimie

Vers des produits et procédés favorables à un développement durable

Sujets relatifs :

,
Afin d'identifier les produits et procédés respectant les principes du développement durable, BASF a développé deux méthodes d'analyse. L'une porte sur l'éco-efficacité et l'autre comprend, en plus, un critère social.
ECO-EFFICACITE ET ANALYSE SEE-BALANCE Le développement durable est un développement « capable de répondre aux besoins des générations présentes sans compromettre la capacité des générations futures à répondre à leurs propres besoins ». Il consiste donc à concilier le développement économique et social avec la préservation de l'environnement et des ressources naturelles. Depuis le milieu des années 90, les gouvernements, les groupes industriels et les multinationales tâchent de l'intégrer à leur politique et d'évaluer leur contribution au développement durable (création d'emploi, non-discrimination, respect de la réglementation environnementale, réduction des émissions polluantes, etc.). Mais qu'en est-il concrètement lorsqu'il s'agit d'évaluer la durabilité d'un produit ou d'un procédé de production ? Evaluer la performance environnementale et économique BASF s'attache concrètement à la question de l'éco-efficacité depuis 1996. Et propose depuis 2000 sa méthode d'analyse à ses clients, dans un premier temps réservée à un usage interne. L'objectif de cette analyse est de comparer, pour un usage identique, différentes alternatives de produits ou de procédés en fonction de leurs impacts environnementaux, leurs impacts éventuels sur la santé humaine, et en fonction des coûts supportés par l'utilisateur final. Cette méthode est basée sur la série de normes ISO 14040 relatives à l'analyse du cycle de vie (ACV). Elle va même au-delà puisqu'elle inclut des catégories supplémentaires d'évaluation (toxicité, risques et coûts)(1). Ces résultats sont résumés sous la forme de « portfolio d'éco-efficacité ». Les catégories environnementales sur lesquelles porte l'évaluation sont au nombre de six : la consommation d'énergie, la consommation de ressources, les émissions polluantes (émissions atmosphériques, les effluents aqueux et les déchets), le potentiel de toxicité, le potentiel de risque, l'utilisation d'espace. Quant à l'analyse économique, elle prend également en compte l'ensemble du cycle de vie du produit : elle totalise les coûts de production, les coûts futurs (phase d'utilisation) et les coûts liés à la fin de vie du produit. L'analyse d'éco-efficacité favorise donc les prises de décisions rapides et éclairées, en accord avec les préoccupations environnementales actuelles. Lors d'investissements, on peut ainsi opter pour les méthodes de production et les produits qui nécessitent un minimum de matières premières, d'énergie et d'investissements et qui génèrent une quantité minimale d'effluents. En recherche et développement, elle permet d'identifier les projets prometteurs. Par ailleurs, les résultats des analyses sont également utilisés en marketing, et pour appuyer les débats et prises de décisions politiques. À ce jour, plus de 230 évaluations d'éco-efficacité ont été menées. Parmi les entreprises et organismes qui ont eu recours à cette analyse se trouvent le parlement européen, le ministère de l'environnement de la Rhénanie-Palatinat (Allemagne), l'Eco-Institut allemand, des industries de biens de consommation et de biens d'investissement. Bien que de nombreuses analyses comparent des produits ou procédés chimiques, l'évaluation ne se restreint pas à ceux-ci et se prête à tous types de secteur d'activité. L'analyse SEE-Balance Comme l'analyse d'éco-efficacité ne couvre pas tous les aspects du développement durable, une méthode d'évaluation globale, la méthode SEE-Balance est en cours de développement depuis 2001. Pour mettre au point ce nouvel outil, BASF s'est associé à plusieurs universités et industries chimiques dans le cadre du projet « Chimie durable des composés aromatiques » du ministère fédéral de la Recherche et de l'Education d'Allemagne. L'analyse SEE-Balance consiste en une étude d'éco-efficacité associée à une évaluation « sociale » des alternatives(2). En accord avec tous les membres du projet, un produit ou un procédé socialement durable a été défini comme contribuant dans une plus grande mesure que les autres alternatives à la réalisation des objectifs établis dans les débats internationaux sur le développement durable ou dont la contribution négative est inférieure à celle des autres alternatives. Une vingtaine d'indicateurs ont été sélectionnés parmi les 3 200 indicateurs cités dans 60 ouvrages de référence sur la dimension sociale du développement durable étudiés à l'occasion de ce projet. Ces indicateurs se rapportent à cinq différents groupes d'individus : les employés, l'utilisateur ou le consommateur final, les générations futures, la communauté locale et internationale et la société en général. Ils renseignent sur les domaines suivants : - la santé humaine (les accidents et les maladies), - la nutrition (l'apport en denrées alimentaires saines), - les conditions de vie et les infrastructures décentes, - l'éducation et la recherche (comprend la formation professionnelle), - le travail et les conditions de travail (les créations d'emploi, la conformité avec les réglementations internationales relatives au travail, le niveau de rémunération, etc.), - les composantes supplémentaires de la responsabilité sociale des entreprises (le commerce équitable avec les pays en voie de développement, le « stewardship » des produits, etc.). La base de données sociale Les statistiques relatives aux différents indicateurs sont rassemblées dans une base de données. Afin de comparer des produits ou des procédés, les statistiques doivent renseigner sur la situation sociale en fonction du secteur économique considéré. C'est pourquoi la Nomenclature des activités économiques dans la Communauté européenne (NACE) sert de structure à la base de données. On calcule donc la contribution sociale d'un produit ou d'un procédé en reliant la quantité de chacun de ses inputs et outputs aux statistiques propres à leur secteur d'activité. On résume ensuite les résultats dans les « portfolios » d'éco-efficacité et de socio-efficacité avant de visualiser leur durabilité relative dans le « SEE-Cube ». L'étude de scénarios permet ensuite d'identifier les principaux facteurs qui influencent l'ensemble des systèmes considérés et de proposer des mesures pour rendre les produits ou procédés plus durables. Les procédés de production de 4-méthoxyacétophénone ont constitué l'une des premières analyses SEE-Balance. Cette étude compare le procédé traditionnel à base de trichlorure d'aluminium à deux procédés plus récents : l'un reposant sur l'utilisation de zéolite, et l'autre sur l'hydrogène sulfate ferreux. Selon cette analyse, le procédé à base d'hydrogène sulfate ferreux est le plus avantageux en termes de socio-efficacité. Or, du seul point de vue de l'éco-efficacité, c'est le procédé à base de zéolite qui est le meilleur (voir schéma page gauche). (1) Ecole d'ingénieurs en sécurité et environnement, ESAIP, Angers (2) Eco-Efficiency group, BASF, Ludwigshafen (3) KPMG, Cologne Pour plus d'informations : www.sustainabilúy.basf.com Peter Saling - Tél. : + 49 62 16 05 83 46 peter.saling@basf-ag.de (1) P. Saling et al., Eco-efficiency Analysis by BASF : The method, The International Journal of Life Cycle Assessment, Vol. 7, No. 4, 2002, 203-218 (2) SEE : Socio-Eco-Efficiency. SEE-Balance est un nom déposé (3) Schmidt et al., SEE-Balance‚ - Managing Sustainability of products and processes with the socio-Eco-Efficiency Analysis of BASF, Greener Management International, 2004, en cours de publication Anne-Carole Telliez (1), Peter Saling (2), Isabell Schmidt (3)

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Chimie

Nous vous recommandons

Endress + Hauser améliore la logistique à Cernay

Endress + Hauser améliore la logistique à Cernay

Avec un investissement d'un montant de 2,5 millions d'euros, Endress + Hauser Flowtec AG a de nouveau agrandi son site de production de débitmètres électromagnétiques situé à Cernay dans le Haut-Rhin. Avec 1 800 m2 supplémentaires, la superficie[…]

01/12/2004 | PRODUCTION
La contre-agitation optimisée à moindre coût

La contre-agitation optimisée à moindre coût

Suez traite les déchets de la plate-forme chimique de Shanghai

Suez traite les déchets de la plate-forme chimique de Shanghai

Partenariat : un projet de centrale électrique sur le site de Solvay à Rossignano

Partenariat : un projet de centrale électrique sur le site de Solvay à Rossignano

Plus d'articles