Nous suivre Info chimie

Versalis et Yulex veulent produire à partir du guayule en Europe

J.C.

Sujets relatifs :

, ,

La filiale chimie du géant italien Eni poursuit ses développements en chimie verte. Versalis (ex-Polimeri Europa) vient de former un partenariat stratégique avec l'Américain Yulex pour la production de caoutchoucs biosourcés, produits à partir de guayule, en Europe. Les détails des projets industriels et des investissements envisagés n'ont pas encore été divulgués, les deux partenaires se limitant à révéler qu'ils souhaitent construire un complexe industriel en Europe du Sud, alimenté en énergie par une centrale à biomasse. Les futurs caoutchoucs biosourcés s'adresseront en premier lieu aux marchés de la grande consommation et des spécialités médicales, avant de viser des débouchés dans les pneumatiques, précise Versalis. Le guayule (parthenium argentatum) est une plante à latex d'Amérique du Sud. Le chimiste italien explique que le guayule est une culture renouvelable, non-alimentaire, qui ne requiert que peu d'eau et aucun pesticide, et dont le latex est exempt de substances allergènes.

Créé en 1997 et basé à Phoenix, en Arizona (États-Unis), Yulex est spécialisé dans la conception de biomatériaux produits à partir de l'extraction de latex du guayule, destinés aux secteurs de la santé, de la grande consommation, de l'industrie, et de l'énergie verte. La société développe aussi des compounds à façon et met au point des procédés de production. Principalement, Yulex a acquis un savoir-faire spécifique dans la production de biocaoutchoucs en émulsions ou sous formes solides. Ce qui intéresse particulièrement Versalis, géant des élastomères et n°2 européen du butadiène. D'une part en raison des « inquiétudes liées au manque de volumes envisagé sur le marché du butadiène et de la volatilité des prix de ce produit chimique, qui engendrent en conséquence une pression à long terme sur le prix de produits tels que le caoutchouc synthétique », s'alarme Daniele Ferrari, p-dg de Versalis. D'autre part car le chimiste italien nourrit de grandes ambitions en chimie verte. Versalis est d'abord engagé dans la conversion de son site pétrochimique de Porto Torres (Sardaigne) en gigantesque complexe de bio-monomères et de bio-polymères dans le cadre de Matrica, coentreprise constituée avec son compatriote Novamont en juin 2011. Ensuite, il s'est engagé, toujours avec Novamont, ainsi qu'avec le Californien Genomatica pour développer un procédé complet et à échelle commerciale de production de butadiène de grade polymère à partir de biomasse.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Chimie

Nous vous recommandons

Bayer ne détient plus que 6,8 % de Covestro

Bayer ne détient plus que 6,8 % de Covestro

La part du géant allemand dans son ancienne division CropScience se réduit comme peau de chagrin. Bayer a annoncé, le 4 mai, avoir procédé à la vente, le 3 mai au soir et uniquement à des[…]

Horizon dégagé pour la chimie en France

Horizon dégagé pour la chimie en France

Shell se dotera d’une centrale photovoltaïque à Moerdijk

en bref

Shell se dotera d’une centrale photovoltaïque à Moerdijk

Kuraray s'offre Calgon Carbon

Kuraray s'offre Calgon Carbon

Plus d'articles