Nous suivre Info chimie

Versalis mise encore sur le biosourcé

Sylvie Latieule et Julien Cottineau

Sujets relatifs :

, ,

Et de deux ! Versalis engage un second plan de reconversion d'un de ses sites pétrochimiques en misant sur le renouvelable.

En 2011, la filiale chimie de l'Italien Eni avait lancé sa croisade dans le biosourcé, avec l'annonce de la création de la coentreprise Matrica, en partenariat avec son compatriote Novamont. Au programme : la reconversion de son site pétrochimique de Porto Torres, en Sardaigne, dans le domaine des monomères et polymères biosourcés, moyennant 500 millions d'euros d'investissement. Cette fois, c'est au tour de son site de Porto Marghera, dans le nord-est de l'Italie, de se préparer à un lifting radical. Il y a à peine un an, Versalis avait dévoilé les détails de son vaste plan pour le repositionnement de ses activités, avec une multitude de projets à mener en Europe et en Italie pour moderniser et renforcer ses actifs industriels. Et avait ciblé notamment le complexe de Porto Marghera, qui affiche une perte de 40 M€ par an, évoquant la possibilité de le reconvertir en partie à la production de bio-butadiène via sa collaboration dans le domaine avec Genomatica. Le projet désormais annoncé est toutefois différent. Versalis a signé un partenariat stratégique avec la société américaine Elevance Renewable Sciences, producteur de spécialités à partir d'huiles naturelles. L'ambition est de développer conjointement et à l'échelle industrielle une nouvelle technologie de métathèse pour produire des composés chimiques à partir d'huiles végétales. Mieux, ils vont étudier la faisabilité d'une première unité mondiale de production d'éthylène par métathèse d'huiles renouvelables sur le site de Porto Marghera, en profitant des infrastructures existantes. 200 M€ vont être injectés dans ce projet, mais également dans la modernisation de son vapocraqueur d'éthylène qui va être arrêté pour une durée de six mois.

« 200 M€ vont être injectés à Porto Marghera »

En raison des coûts beaucoup trop élevés de l'énergie, la pétrochimie européenne n'est plus compétitive. D'où l'ambition de Versalis de travailler à la reconversion de ses installations européennes existantes, pour produire davantage de spécialités, ainsi que des produits biosourcés pour lesquels le chimiste italien anticipe une hausse de la demande. A propos de ce projet innovant de production d'éthylène biosourcé, Versalis et Elevance vont surtout devoir se concentrer sur le développement de nouveaux catalyseurs, en s'appuyant sur les progrès significatifs accomplis par Elevance. Ce dernier a déjà à son actif une installation industrielle de ce type. Celle de Gresik en Indonésie, en collaboration avec l'Indonésien Wilmar, fonctionne à l'huile de palme. Une seconde bioraffinerie sera mise en service d'ici 2016 à Natchez aux États-Unis et sera alimentée pour sa part en canola et soja. Mais, dans les deux cas, la production est surtout axée sur des alcènes en C9, C10+. La production d'éthylène vert est une perspective très nouvelle. Pour l'instant, seul le brésilien Braskem s'y est essayé en produisant un éthylène vert à partir de sucre de canne. Cela n'effraie pourtant pas Daniele Ferrari. Le p-dg de Versalis estime que « le secteur des produits chimiques biosourcés est au cœur de la nouvelle approche industrielle et commerciale de Versalis. L'accord avec Elevance renforcera notre capacité à progresser dans l'innovation verte tout en boostant la transformation de l'un de nos sites pétrochimiques en un complexe plus durable et compétitif sur le long terme, créant ainsi des synergies entre les ressources renouvelables et les industries pétrochimiques ». A l'heure où les productions biosourcées souffrent encore souvent d'être trop chères, le pari de Versalis semble courageux. Et sera peut-être payant.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Chimie

Nous vous recommandons

[Edito] Une french touch dans la conduite de MCHC

[Edito] Une french touch dans la conduite de MCHC

Comment réduire son empreinte carbone lorsque l’on est un groupe chimique intégré en amont dans la chimie de base ? Le géant japonais Mitsubishi Chemical Holdings Corporation (MCHC) a, semble-t-il,[…]

[Edito] Borouge 4 passe au vert

[Edito] Borouge 4 passe au vert

[Édito] : Le nouvel ensemble Arxada/Troy géant du contrôle microbien

[Édito] : Le nouvel ensemble Arxada/Troy géant du contrôle microbien

[Édito] : Elkem Silicones injecte 36 M€ dans son amont à Roussillon

[Édito] : Elkem Silicones injecte 36 M€ dans son amont à Roussillon

Plus d'articles