Nous suivre Info chimie

Wacker joue son avenir sur le silicium

A Munich, Dinhill On

Sujets relatifs :

, ,
Wacker joue son avenir sur le silicium

Wacker cherche à développer des matériaux haute performance à base de silicium pour des batteries lithium-ion.s

© © Wacker Chemie AG

Le chimiste allemand a organisé un atelier à Munich. L'occasion de présenter les résultats de son exercice 2011, et de dévoiler les différents axes de sa stratégie de R&D, basée sur l'observation des mégatendances et l'utilisation tous azimuts du silicium.

«Notre large portefeuille combiné à notre forte présence dans des régions économiques clés ainsi que la position de nos divisions comme leaders de technologie et de marché forment des fondations solides pour mener à bien la croissance de Wacker ». Ce sont par ces mots que Rudolf Staudigl, p-dg du groupe allemand, qualifie les atouts de sa société pour se développer à l'avenir. Pour son exercice 2011, le chimiste allemand a généré un chiffre d'affaires de 4,9 milliards d'euros, soit une hausse de bénéfices de 3 % par rapport à l'année précédente. « Pour l'année 2012, nous prévoyons de générer aux alentours de cinq milliards d'euros », annonce Rudolf Staudigl. Outre sa stratégie de croissance organique, le groupe s'appuie notamment sur l'innovation pour atteindre cet objectif, comme l'affirme Fridolin Stary, vice-président sénior R&D de Wacker : « L'innovation est une part cruciale du succès de notre société. Notre activité nous permet de maintenir notre position sur le marché ». La preuve, Wacker a dépensé pas moins de 173 M€ en R&D en 2011, contre 165 M€ l'année précédente. « Une partie de ce montant est consacrée à des innovations dont la mise sur le marché est attendue sous cinq ans », ajoute Fridolin Stary.

Profiter des mégatendances du marché

 

Pour se développer, Wacker compte sur l'émergence des mégatendances du marché à venir dans les prochaines années : la hausse du pouvoir d'achat dans les Bric (Brésil, Russie, Inde, Chine), la demande croissante en énergie et sa gestion économe, l'augmentation de la demande en matériaux de performance, et enfin l'accroissement de la population. « L'industrie chimique peut contribuer à résoudre les challenges globaux via des produits innovants », précise Kai Engel, directeur Innovation et R&D chez A.T. Kearney, cabinet de conseil partenaire de Wacker. « C'est pour cela qu'il est essentiel de cibler correctement la R&D pour les objectifs à moyen et long termes, tout en réfléchissant à comment accélérer la mise en place des projets », insiste Fridolin Stary. Pour ces différentes tendances, Wacker possède un potentiel de développement. Le développement des Bric engendre une demande croissante en outils et équipements électroniques, à laquelle la société peut contribuer avec ses activités dans les semiconducteurs. En effet, sa division Siltronic spécialisée dans les tranches de silicium pour l'électronique, s'est démarquée de ses concurrents en étant le premier fabricant à fournir des sections de 200 millimètres de diamètre. Et elle espère dans un avenir proche proposer des tranches de silicium de 450 millimètres de diamètre. Dans le domaine de l'énergie, l'Allemand peut avoir un rôle à jouer, notamment pour équiper les systèmes durables de production d'énergie (silicium des panneaux photovoltaïques) ou la réduction de la consommation de carburant. Wacker s'est positionné dans le domaine en travaillant notamment sur l'électromobilité. En effet, le groupe allemand voit des opportunités de développement grâce à l'intégration de matériaux à base de silicium dans l'anode des batteries Lithium-ion, et l'élaboration de nouveaux électrolytes stabilisant davantage l'oxydation, moins inflammables et plus adaptés à une mutation vers les cathodes de nouvelle génération (Lithium-soufre, par exemple). Le fonctionnement des batteries actuelles Li-ion engendre un changement structural des atomes de lithium, ce qui entraîne une perte irréversible des ions lithium et donc une perte progressive de capacité. « Pour parer à cette perte de capacité, nous travaillons actuellement sur des électrodes à base de silicium nanostructuré. Cependant, il y a une compétition féroce sur le marché dans le domaine des batteries, et la société qui s'imposera sera celle qui pourra produire à échelle industrielle », souligne Jurgen Pfeiffer, responsable des technologies de gestion du stockage d'énergie chez Wacker.

Concernant les matériaux de performance, en particulier pour l'industrie automobile, le chimiste allemand a misé sur le développement d'additifs à base d'hybrides de silicium qui peuvent être soit sous la forme de capsules contenant du silicium colloïdal, soit de polymères d'organo-silicium. « Normalement, les matériaux inorganiques comme le caoutchouc sont les meilleurs candidats en tant qu'additifs pour le renfort de résines époxy, mais malheureusement ils ne se mélangent pas bien avec », indique Oliver Schäfer, responsable R&D sur les matériaux hybrides de Wacker. Avant de continuer : « Grâce à nos hybrides de silicium dont la commercialisation a débuté en 2010, il est possible de rendre les résines époxy plus résistantes à des vibrations mécaniques ou à la chaleur. Les tests montrent que les composites élaborés avec nos hybrides de silicium ont des surfaces endommagées par des impacts réduites de plus de 50 % ». Ces additifs permettront ainsi de mettre au point des matériaux allégés plus résistants aux contraintes mécaniques qui serviront à des divers secteurs, comme le liste Fridolin Stary: « Ces hybrides permettront de mettre au point des matériaux à base de fibres de carbone encore plus performants, notamment pour l'industrie automobile et les éoliennes ».

Avec tous ces axes potentiels de développement, Wacker semble paré pour relever les défis posés par les mégatendances des années à venir. Cependant, pour que le succès d'un produit innovant soit au rendez-vous, un autre élément entre en jeu, comme l'indique Kai Engel (A.T. Kearney) : « La gestion de l'innovation est également un paramètre important à prendre en compte ». Une donnée dont Wacker est pleinement conscient : « Le succès d'un nouveau produit provient à 60 % de son caractère innovant et à 40 % de son marketing », conclut Fridolin Stary.

Bienvenue !

Vous êtes inscrit à la news Industrie Chimie

Nous vous recommandons

European Plasticisers s’investit dans le recyclage du PVC

European Plasticisers s’investit dans le recyclage du PVC

European Plasticisers, l’organisation regroupant les producteurs de plastifiants européens, organisait le 26 et 27 novembre plusieurs visites d’usines afin de présenter ses engagements en faveur du recyclage et rappeler[…]

Lubrizol : Le groupe veut agir en bon voisin

Lubrizol : Le groupe veut agir en bon voisin

L’OGCI met en place des programmes CCUS

L’OGCI met en place des programmes CCUS

Des produits domestiques interdits à la vente en libre-service ?

Des produits domestiques interdits à la vente en libre-service ?

Plus d'articles